Bonjour, je suis une groupie.

Bienvenue à tous.
Maintenant que nous sommes tous réunis en cercle pour cette petite séance du soir, je vais me permettre de prendre la parole en premier pour ouvrir le bal.

Bonjour, je m’appelle Sonia, j’ai 2X ans et je suis fan de miyavi. Cela fait maintenant plus de 8 ans que je suis dépendante. J’ai pas trop essayé de m’en sortir mais rien à faire.
Outre la somme absolument astronomique qui m’aurait très certainement permis de sauver la Grèce que j’ai dû foutre en l’air cette dernière décennie pour obtenir ma dose, je dois avouer que je perds parfois le contrôle de moi-même pendant que j’assouvis mon vilain péché. Je crie, je pleure, je glousse, je niaise,  je mal au ventre. (Oui, il n’y a pas de verbe).

On m’avait pourtant prévenue quand j’étais plus jeune que c’était dangereux, sans parler des reportages absolument terrifiants sur TF1 montrant des fans de 2be3, Rock Voisine ou encore David Charvet. On a eu beau me montrer au 20h ces filles au visage déformé par le fanatisme dont la voix semblait tragiquement coincée dans les aigus et préciser que l’abus d’idole pouvait nuire à la santé, j’ai fini par tomber dedans.
Oui, malgré toute cette prévention et avoir moi-même déclaré « je tomberai jamais aussi bas », je suis la preuve vivante qu’il ne faut jamais dire jamais et se croire au-dessus de tout le monde.

Comme pour beaucoup de victimes de cette maladie, ça m’est arrivé à une période noire de ma vie, une période où j’étais mal dans ma peau et dans ma tête, donc faible.
J’avais d’ailleurs déjà fait un premier pas vers le côté obscur de la force puisque je m’étais découvert une passion douteuse pour le visual kei. (Veuillez reposer vos tomates s’il vous plaît, on a tous nos faiblesses)
Oui, ces groupes de rock avec des mecs ayant un IMC d’anorexique, habillés de costumes en vinyle près du corps achetés dans un sex shop place Pigalle et au visage plus maquillé que celui de Ronald Mc Donald lui-même. Et je n’avoue pas sans peine que même si aujourd’hui je suis mathématiquement plus proche des 30 ans (raaaah pouaaah chuuuut) que des 20, j’aime toujours ça.
Personne n’est parfait, même moi que voulez-vous. Oui, il m’arrive d’être comme vous.

J’avais découvert le visu en tapant «japanese music » sur Internet quelques années plus tôt pour voir ce que c’était et j’étais tombée sur X Japan.
Et X Japan, on peut en dire ce qu’on veut, ils avaient ptet une coupe de cheveux plus proche de la brosse à chiotte que d’autre chose,  ça poutrait quand même sa maman.
Et d’amatrice de X Japan, je suis passée à grande amatrice de leur guitariste hide, et de sa carrière solo.
Sauf que bon, malheureusement hide est un petit peu mort donc au bout de quelques années, mon poste en avait ras les enceintes de se taper les mêmes CDs en boucle.
Et alors que, désemparée par le silence musical forcé de hide-sama, je désespérais de retrouver un coup de foudre musical bien vivant et apte à me fournir de nouveaux sons régulièrement (je vous avais dit que j’étais à une période sombre de ma vie), je trouve au détour d’Internet un article ayant pour titre « 雅-miyavi-, le nouveau hide ? ».
Que, quoi ?
Je lis donc l’article, car si je connais son nom je ne me suis jamais vraiment intéressée à lui donc ne connaît pas du tout.
A la fin, je me dis qu’il faut quand même que je teste, que ça vaudra très certainement pas hide car personne ne sera jamais le nouveau hide. D’ailleurs –petit coup de gueule au passage au cas où Public, Closer et compagnie feraient partie de mes lecteurs- ça me gonfle cette façon des médias de toujours dire « le nouveau gna gna ». Vous pouvez pas laisser les gens être eux-même tout simplement ?

Nous sommes au début des années 2000, libres et insouciants, peu menacés par la Loi-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom  (Hadopi, pour les plus téméraires, n’ayons pas peur de l’oppresseur), ça télécharge à tout va et mon premier réflexe est donc de prendre le dernier album du jeune homme en question.
Je mets le tout sur ma nouvelle clé USB qui Ô miracle de la technologie de l’époque, fait aussi lecteur de mp3 dites donc !!
C’est l’hiver, je vais à la fac à pied dans la neige, je glisse sur le verglas et ça m’énerve, j’ai froid, j’ai sommeil, j’en ai marre de la vie et je brûlerais bien une vieille, comme ça, pour le fun.
Et c’est à ce moment-là que j’appuie sur play et que le « nouveau hide » me HURLE sa rage dans les oreilles. C’est con mais je crois que je me souviendrai de ces secondes toute ma vie.
C’était tellement… approprié à mon humeur massacrante. Ce que j’avais envie d’entendre, un truc bien rageux et énervé qui te donne envie de crier et taper un mioche pour te détendre.

Et voilà, j’étais perdue.
Je croyais que ce serait qu’une fois, pour essayer. (C’est ce qu’on croit tous).
Mais ça fait du bien, alors on en redemande, on recommence. Et sans s’en rendre compte, on sait plus s’en passer et arrivent les symptômes qui font qu’on est définitivement perdu : on glousse et on couine.
On est… une… (déglutit difficilement) une groupie.

*musique tragique de révélation Vis ma vie*

A partir de ce jour, je l’ai écouté absolument tous les jours non-stop. J’ai téléchargé acheté tous ses cds, et je me suis fais une orgie de lui tous les jours.
J’étais miyaviholic.
En plus, quelques mois plus tard j’ai eu la bêtise de me dire « au fait, je sais même pas la tronche qu’il a le coco » et d’appeler mon meilleur ami (Google Image) à la rescousse pour remédier à cela.
Et là : le bonus.
Le mec correspond juste parfaitement à tous mes critères douteux de beauté et représente en tout point ma vision de – Giiileetttteee – la perfection au masculin.

Je dirai pour la petite histoire que miyavi n’a au final de hide que son parcours. Il était guitariste dans un groupe de visual kei et absolument pas chanteur, mais quand le groupe s’est séparé il a décidé de se lancer dans une carrière solo. Pour le reste, même si je les trouve talentueux tous les deux, ils ont quand même un style bien distinct.
D’ailleurs, j’avoue volontiers que miyavi ne savait absolument pas chanter quand il a commencé. Sa voix nasillarde nous a offert quand même de SUPERBES canards les deux trois premières années de sa carrière solo, soyons honnêtes.
Mais bon, il a du charisme, il gratte bien, et quand il chante faux il le fait avec classe et panache donc  comme on est faible, on le pardonne.
Et puis cette époque est révolue, il a quand même beaucoup travaillé sa voix et sait aujourd’hui s’en servir. Ouf.

 

La suite, la plupart des gens qui me lisent la connaissent : après des années à attendre ce moment, en 2006 quand j’arrive à Osaka pour mon année d’étude, la première chose que j’ai faite a été de prendre le train pour Tokyo pour aller le voir en concert.
Et après une chose en entraînant une autre… j’ai fais tout ces trucs de groupies qu’on voit à la télé : claquer toute ma thune et le suivre pendant des tournées entières.
Il m’est arrivé de faire plus de 14 dates en trois semaines, dans tout le Japon et plusieurs pays d’Europe.
J’économise toute l’année, et venu l’été et l’heure de ses tournées, je pars avec mon sac à dos faire le tour du Japon en m’arrêtant dans les villes où il passe pour le voir en concert.
Ce qu’il y a de merveilleux quand même, c’est que même pas une seule fois je me suis lassée où je me suis dit « Bon, ça suffit les conneries, je me tape le même live depuis des semaines, j’en ai peut-être un peu marre qu’il me crache l’eau de sa bouteille à la gueule pendant la même chanson ».
Franchement, jamais ça m’a gonflée et non seulement je ne regrette pas mais en plus ça me manque en fait. Déjà parce que je vivais mon petit Pékin Express fait maison à partir en sac à dos, souvent sans savoir où j’allais dormir le soir (volontairement, pour l’aventure) et qu’outre ses concerts, ça m’a fait beaucoup voyager et rencontrer énormément de personnes avec qui je suis toujours en contact.
Je me contentais quand même pas d’aller aux concerts et basta, je prenais toujours soin de rester deux trois jours dans la ville de passage pour visiter, goûter les spécialités etc. Le tout en Seishun 18 kippu (un ticket spécial au Japon où pour 1500 yens – 15 euros – on peut prendre le train à volonté pendant 24h pour peu que ce ne soit pas un rapide) ce qui fait que j’ai mis 3 jours pour faire Osaka –Sapporo, mais c’était mon délire, comme je le dis, mon Miyavi Express et je me suis éclatée.
Une fois de retour en France en été 2007, pour pas trop mal vivre le blues de ne plus être au Japon et ne plus profiter de ses shows, j’ai donc fait mon site sur lui où je traduisais toutes les infos, paroles, blogs etc. pour les fans francophones, jusqu’à organiser des fanprojects, des soirées entre fans et autres.

Ca me prenait tout mon temps (tout mon fric aussi), mais au final c’était les rares moments où je déprimais pas et étais tellement à fond dans ce que je faisais que je peux même dire j’étais super bien dans mes pompes.
Sans parler de toutes les rencontres que ça m’a apportée, les trois quarts des gens merveilleux qui m’entourent aujourd’hui ont été rencontrés via mes activités miyavesques.

J’avoue que c’était à un point où qu’en France ou au Japon, la plupart des fans savaient qui j’étais. Miyavi lui-même savait qui j’étais, et son danseur et son DJ de l’époque m’avaient ajoutée sur mixi et envoyé des messages, parfois même pour me demander « tu seras là au concert de telle ville ? ».
Dur de calmer sa folie fanatique quand ça prend de l’ampleur et que l’artiste lui-même sait parfaitement qui vous êtes et ce que vous faites pour lui en France, qu’il vous adresse la parole en Français pendant ses live au Japon, que vous obtenez une fois un accès en backstage, que des radios vous proposent de tenir une chronique J-Music pour eux le mercredi après-midi ou qu’on commence à parler de partenariat avec des maisons de production qui produisent les artistes Japonais (choses qui au final n’ont pas pu se faire pour certaines, faute de compatibilité géographique et autres mais bon).

Je dirai donc pour ma défense que je suis une groupie, certes, mais une groupie qui se veut productive.

Mais bon ça c’était avant, ça fait bientôt trois ans que je ne suis plus très active dans la miyasphère.
Je suis arrivée au Japon et le fait est que faire sa promo, la traduction de ses news et tout ce qui s’en suit me prenait un temps assez ENORME (imaginez, à l’époque je postais régulièrement, incroyable…) et que j’ai dû prendre la décision d’arrêter pour pouvoir me concentrer sur mes propres rêves un temps. C’est aussi le moment où miyavi lui-même a décidé de lâcher sa boîte de production pour s’autoproduire et qu’il a ENFIN ouvert un fanclub disponible pour les étrangers et traduit toutes ses news en anglais. Le timing était plutôt bon, les fans français n’avaient plus « besoin » de mes traductions pour le suivre.
Donc comme je suis une groupie qui n’oublie pas sa propre vie pour autant, fin 2009 j’ai mis entre parenthèse mes activités fanesques pour me concentrer sur l’école, sur ma recherche de travail… qui quelque part le rejoignait un peu car je prenais tellement de plaisir à m’occuper de sa promo en France et organiser mes petits trucs, j’étais partie dans l’idée de travailler dans l’événementiel / le monde du spectacle. Et j’avais quelque part réussi puisque j’ai travaillé dans l’événementiel presque un an… mais j’ai dû démissionner avant de me jeter sur un rail pour harcèlement moral et autre, expérience édifiante que je raconterai ici en temps et en heure.
En plus fini la rigolade, fini les bourses scolaire, bonjour prêt étudiant et baito où on casse des iPhone pour survivre, plus trop le temps ni la marge financière pour parcourir le Japon et pleurer devant sa magnificence.
D’une quinzaine de concerts par an, je passe à 2 ou 3, tous décidés au dernier moment faute de savoir si je pouvais y aller ou non, toujours avec des places trouvées miraculeusement à la dernière seconde et où je suis au fond de la salle.
En 2011, je n’ai pas de vie à cause de ma boite de fou (dans l’événementiel donc), je ne peux faire aucun de ses concerts solo, et me débrouille pour aller à le voir juste deux fois pour des event annexes.
 La première fois à un Guitar Festival où il participe et où une fois arrivée, on m’indique que j’ai acheté seulement le ticket pour le festival de guitare mais que je n’ai pas le pass pour le petit concert privé qu’il y donne. Tellement désespérée à l’idée de le rater pour un truc aussi con alors que ça fait une plombe que je l’ai pas vu, le gars du staff a eu pitié et une fois que tous les fans étaient rentrés dans la salle, il m’a fait passer en douce après tout le monde pour que je puisse y assister quand même…  Merci Mr Gentil, je l’oublierai pas.
Et la deuxième fois, j’ai réussi à aller le voir lorsqu’il a fait la première partie de 30 seconds to mars. C’est trop court, c’est pas son public mais c’est toujours ça.

Mais ce jour-là, il s’est passé un truc que je n’imaginais pas vraiment de lui et qui m’a franchement déçue.  (Je dirai pas quoi car ça concerne un truc privé, donc pas la peine de me demander, je vous vois venir !)
Alors  même si je l’aimais toujours un peu d’amour fou, j’avais besoin de lui faire la gueule quelques mois pour m’en remettre, ce que j’ai fais consciencieusement pendant 6 mois (en continuant de fanatiser de temps en temps quand même pour la forme, parce qu’on ne renie par son Dieu comme ça).

J’ai démissionné de mon job de psychopathe, j’ai retrouvé une vie, je lui ai fais la gueule dans mon cœur tranquillement en le trompant allègrement en allant à des concerts de Mejibray à la place des siens. Puis le printemps et ses envies de renouveau son venus et je me suis dit ça y est, c’est bon on s’en fout de ce qu’il a fait, il peut pas toujours être le Grand Frère de TF1 et a le droit de faire des trucs complètement cons lui aussi, c’est un humain. Peut être même qu’il pète et qu’il fait caca. (Mais j’en doute).

Pis la vie sans lui comme guide spirituel, c’est quand même super triste.
Parce que plus que faire mouiller ma culotte comme diraient les plus poètes, miyavi il a plutôt le don de me remonter le moral, de me dire de me tirer les doigts du cul si je veux faire quelque chose de ma vie, de me faire avancer en disant merde au monde avec le sourire et tout plein d’autres trucs positifs qui te donnent envie d’être créatif, battant et de conquérir la planète au lieu de te laisser marcher dessus.
Et je crois que c’est le cas pour tous les vrais fans de lui, ceux qui écoutent ce qu’il dit et ce qu’il veut transmettre au lieu de regarder sa belle gueule.

Et alors que j’étais abstinente depuis quelques mois, j’ai décidé que finalement une vie sans vice, c’est quand même plutôt fade et pas bien savoureux, donc je claque la porte des Miyaholic Anonymes pour crier au monde que je suis de retour chez les MiyAddicts.

En effet, depuis cet été, je fais mon come back petit à petit dans le monde des concerts et du fangirlisme organisé.
Fin juillet j’arrive miraculeusement à me procurer une place pour son concert (dont les places avaient été mises en vente en mai quand j’étais de retour en France et sold out de suite, j’étais verte) et  retourne à mon premier one man depuis presque deux ans.
Son public a quand même complètement changé (en tous cas au Japon), soyons honnête, peu de fans ont survécus au ras de marée de son mariage et de ses deux adorables gamines (qui étaient dans la salle, elles sont encore plus adorables que le père).
La moyenne d’âge est nettement plus élevée et il y a autant d’hommes que de femmes.
Mais je reconnais quand même quelques anciens, ceux de la première heure, ceux qui cosplay, ceux qui connaissent les vieilles chansons, ceux qui m’ont aidée lors de mon premier concert en 2006 à me procurer une place (aventures de mes deux tout premiers live de miyavi, sur mon vieux blog niais de l’époque) , ceux avec qui j’ai des souvenirs partout dans le Japon…  ceux qui maintenant n’ont plus aucune idée de qui je suis.
A part Maura, une américaine qui fait partie des fans incontournables de miyavi (oui, c’est une drôle de culture mais il faut savoir que parmi les fans, on compte les fans célèbres avec qui tous les fans lambda veulent se faire prendre en photo…) qui se souvient bien de moi parce qu’il y a 6 ans on était les seules étrangères de la salle, plus personne ne me reconnaît.
Entre mes retours en France qui m’ont fait louper pas mal de concerts au Japon et ces trois dernières années où j’ai été peu présente et toujours de dernière minute en fond de salle, on m’a un peu oubliée.
Et puis aussi entre temps j’ai cédé à l’appel du succès du régime Dukan et perdu la moitié de moi-même, donc soyons réalistes, je suis méconnaissable.

Moi à l’époque de mon premier concert en 2006


Moi récemment, à un de mes derniers concerts

 

Je pense que ça se passe de commentaire. Ou alors juste pour constater que je me suis pouffisée dans la prise de pose photo entre temps.
Si j’aurais pu me vanter à un moment d’être connue comme le Loup Blanc parmi les fans Japonais et miyavi lui-même, aujourd’hui autant l’un que l’autre n’ont plus la moindre idée de qui je peux être et ne me reconnaissent pas.
C’est triste sans l’être vraiment, j’y vais pour mon plaisir personnel et pas pour qu’on me reconnaisse et me dise « mais tu es Sonia ! ». Mais c’est vrai que je regrette un peu ce sentiment d’être « privilégiée » quand il me voyait dans la salle et m’accordait un signe de reconnaissance. Et le fait que plus personne ne me saute au cou quand j’arrive avec des « hisashiburiiiiiii » (« ca fait longteeeemps ! ») et que je passe mon live toute seule est un peu triste. Parce que finalement les fans avec qui j’étais le plus proche et avec qui j’ai gardé contact pendant ma phase de repli et de transformation physique ont arrêté de le suivre après son mariage (tss tss…) donc si j’ai fais pas mal de concert et même pris une ou deux cuites post concert avec d’autres qui sont toujours là, c’était un peu plus ponctuel et elles n’ont plus trop idée de qui je suis.

Donc j’ai fais mon come back aux concerts en solitaire.
Enfin solitaire, je suis quand même pas con au point de rester dans mon coin non plus hein.

Je me suis bien entendu mise à côté des anciennes pendant le live qui m’ont prévenue gentiment « Ici c’est zone dangereuse, ça va partir dans tous les sens donc si tu crains c’est mieux que tu te mettes un peu plus loin et ce sera plus calme ».
T’inquiète ma biche, j’ai fais assez de concert avec vous pour savoir qu’on en ressort pas sans être complètement cassée le lendemain.

[MODE GROUPIE SUBJECTIVE : ON ]


Et voilà, Dieu entre en scène et comme avant, il est parfait.
OK il a arrêté le visu, il s’est assagi (enfin sauf sur les tatouages où il a complètement craqué son slip on est bien d’accord), il a plus de piercing, plus de maquillage, plus de costumes plus bariolés les uns que les autres, plus de look déjantés… juste lui, son batteur et sa guitare.
Et en fait, c’est pas plus mal. Il a pas besoin de ça pour être spécial.
Même si j’aime toujours le visual kei (bien que j’ai de plus en plus de mal à trouver des groupes qui ne me donnent pas envie de me tirer une balle tant c’est mauvais), arrêter est une des meilleures choses qu’il ait fait je trouve.
Parce qu’avant ce qu’il faisait c’était pas mal.
Maintenant, c’est abouti.
Le style a changé (bien que quoi qu’on en dise, on reconnaît toujours sa patte quoi qu’il fasse), mais musicalement parlant, c’est quand même d’un tout autre niveau.
Je me suis toujours fais cette réflexion, mais aujourd’hui elle est plus vraie que jamais : il est en train d’inventer un nouveau style. Un style qui n’a pas n’a pas de frontière, qui mélange tout, qui ne s’enferme dans aucune catégorie, qui ne ferme aucune porte aux différents genres de musique et qui est reconnaissable seulement au son de sa guitare.
Pour moi aujourd’hui, toute la couleur qu’il avait avant sur la gueule et sur ses fringues, il la met dans ses sons.

Ca m’a fait du bien de le retrouver, ce bon vieux miyou. Parce que quand même, ce qu’il me fait ressentir quand ses doigts courent sur sa gratte, ça n’a pas vraiment de prix. A part les Grands genre Slash et compagnie, y’en a pas beaucoup qui me font ressentir ça.
Ce jour-là j’ai un peu retrouvé de ma vie d’avant, quand j’étais cette jeune fofolle qui parcourait des km en sac à dos pour ce petit moment hors du temps, dans un autre monde où tu es toi-même et où tu décroches un peu de ta vie quotidienne.
Ce groupe d’anciennes m’ont vite repris dans leur troupes même en ne se souvenant que vaguement de moi grâce à mon prénom, en m’adoptant dans leur cercle, en me prenant la main dans les chansons qui foutent les boules (genre Gravity), ou pour s’accrocher à moi et sauter dans tous les sens quand ça pulse.
Et je tiens à préciser que ça, tu le vois qu’à un concert de miyavi.

Parce que je vais vous le dire franchement, en général les fans de visu c’est quand même de sacrées garces.
Des nana qui croient encore que l’artiste leur appartient, qu’un jour elles l’auront dans leur lit et qu’on est toutes rivales. A un concert de Mejibray, c’est la folie, on se fait insulter et frapper au moindre pet de travers (oui une fois j’ai eu le malheur d’avoir le ticket numéro 3 donc être au premier rang et troubler le premier rang habituel, ça a déclenché une guerre contre moi et ma copine sans précédent, c’est aussi stupide qu’incompréhensible). Résultat, je n’y vais plus et si j’y vais je reste au fond pour les laisser s’entretuer parce que franchement, ce comportement ça me dépasse.
A un concert de miyavi je n’ai jamais vu ça. Par contre, qu’on me prenne la main, me saute dans les bras où même qu’on me propose d’aller au premier rang car je suis venue de France pour le voir ou parce que ça fait longtemps que je l’ai pas vu, je ne l’ai jamais vécu ailleurs qu’à ses concerts.
C’est vraiment une ambiance particulière.
Ce qui fait aussi que c’est  impossible de renoncer à ces moments.

Après ce live, j’ai parlé avec pas mal d’anciennes, on a pris des photos et une fille est venue m’aborder pour faire connaissance.
On a parlé, sympathisé, finalement on est parties manger ensemble, on s’est raconté nos vies comme si on se connaissait depuis dix ans et on est rentrées à 1h du matin.
Le lendemain, les places pour l’event spécial anniversaire de miyavi étaient en vente pour les gens inscrits au fanclub. Et j’avoue que si je l’ai longtemps été, faute d’argent ca fait deux trois ans que je ne suis plus inscrite.
Alors que je crève d’envie de faire cet event spécial anniversaire car j’en ai jamais fait – même les années où j’étais inscrite car ça tombait tout le temps quand j’étais en France – je me résigne et me dis  tant pis, une année de plus sans participer à l’anniversaire.
Sauf que ma nouvelle copine rencontrée la veille me téléphone à ma pause de midi pour me dire « J’ai réussi à avoir des places pour son anniversaire, pour les deux concerts ! Et comme t’es pas inscrite au Fanclub, j’ai pris tes places ».
Je suis stupéfaction…
Nan mais…
 QUELLE NANA VA VOUS PRENDRE DEUX PLACES A SON NOM ALORS QU’ELLE VOUS CONNAIT DEPUIS MOINS DE 24H ?????
Et que j’ai rien demandé en plus !

Bienvenue dans le monde bisounours des fans de miyavi, ces gens qui vous trouvent des places sans vous connaître, vous laisse leur place au premier rang car vous habitez plus au Japon, qui vous prennent dans leur bras sans même savoir votre prénom (et qui envoient des cartes postales à des inconnus pour l’anniversaire de leur blog…).
C’est valable pour certains fans français aussi, je me souviens que quand j’organisais des fanprojects et recevaient chez moi les lettres/cadeaux de fans pour les réunir et lui transmettre, un fan sur deux avait écrit une lettre pour moi au passage, m’avait fait un dessin ou un cadeau… C’est fou quand j’y repense.
Ko-miyavi, je vous aime.

Et voilà, hier c’était le Jour Saint.
14 septembre, Dieu fêtait ses 31 ans.

Pour l’occasion, double concert : un à 19h et l’autre à 21h30.
Je travaille jusqu’à 17h30… alors que l’ouverture des portes est justement à 17h30. Je suis donc des plus stressée, car le temps que j’arrive jusqu’à la salle il sera facile 18h15-20, et même en ayant un bon numéro je vais me retrouver au fond. Stress de pas retrouver ma copine, de pas récupérer ma place, de finir tout au fond et rien voir…

 En fait je sais pas ce que j’avais hier, j’étais hystérique.
En plus je comprenais rien à ce que me disait ma copine « Non mais y’a pas de ticket, c’est bizarre… faut que tu dises mon nom à la réception » et tu rentres.
… ? C’est quoi ce système ?
Comme les directives étaient des plus nébuleuses, j’étais d’autant plus stressée.
Pas le temps de me changer entre le travail et le concert, et comme le ridicule ne tue pas, je décide donc d’aller au bureau en habits de lumière.
Mon patron : « Oooh Soniaaaa, tu as un rendez-vous galant ce soir ? ».
Presque.

J’esquive la question pour ne pas le décevoir avec une réalité un peu moins conforme mais lui annonce qu’à 17h30 tapantes je dois partir. Pas d’heure, ou même de minute, sup’ ce soir. Que c’est une question de vie ou de mort, qu’il en va du sort de l’humanité.
10h00, encore 7h30 avant d’aller au concert.
10h01, encore 7h29 avant d’aller au concert.
10h02, CETTE JOURNEE NE FINIRA T’ELLE DONC JAMAIS ???

J’ai du mal à me concentrer, j’arrête pas de me demander ce qu’il a prévu comme live pour son anniversaire.
17h28, je regarde désespérément l’horloge en bas à droite de mon écran.
17h29, j’appuie discrètement sur démarrer >> arrêter.
17h30, je décolle dans un nuage de fumée en criant «Ciao les nullos !  Hasta la vista, bye bye ! »

Bon, à un ou deux détails près.

Je prends le métro en poussant sur la voie quiconque ose se trouver sur mon chemin, fine angoissée. Franchement je me fais rire moi-même, je ne sais vraiment pas pourquoi je m’étais mise dans cet état là. Le fanatisme a ses raisons que la raison ne connaît pas.
J’arrive en un temps record à Roppongi et me dit que l’amour vous fait vraiment faire des choses exceptionnelles.
Roppongi quoi.
Vaste repère du Malin et de tous les vices que j’exècre au plus haut point. Me voir traîner à Roppongi c’est comme croiser Benoît XVI dans une boite branchée d’Ibiza.
Rare, mais pas complètement impossible donc.
Nous sommes en 2012.

Déjà que j’aime pas ce quartier (nan mais quelle idée, un quartier avec une ARAIGNEE GEANTE ! C’est pour la Coupe du Monde de l’Infecte ou quoi ?), en plus de ça je suis bêtement hystérico-euphorique et me perds comme une grognasse histoire de perdre encore plus de temps.
Pourtant je connais bien l’endroit, Tokyo Midtown, puisque c’est un des quartiers les plus chicos de Tokyo avec des magasins de fringues qui vendent des vestes immondes bariolées à 4000 euros et que j’y ai organisé pas mal d’événements l’année passée avec mon travail. Mais comme c’est un sombre passage de ma vie, mon cerveau a décidé de ne plus se souvenir du tout et je me perds bien gentiment.
Heureusement que twitter est là pour partager (ou non) mon désarroi dans ces moments de solitude de la plus haute importance.

J’arrive finalement au Tokyo Billboard où ma copine m’attend à l’entrée. Elle me dit qu’elle a déjà reservé nos places et que sa copine nous y attend. Elle dit juste nos noms et le vigile de l’entrée nous laisse entrer sans rien demander de plus. Hé, et mon ticket ?
Je ne connais pas la salle et ne connait pas le système de l’endroit.
Donc ma surprise est à son comble quand je découvre que la salle de concert est en fait un restaurant des plus guindés et que le « ticket » est juste une réservation au nom de ma copine avec son numéro de membre du Fan Club.
En bas, 5 rangées d’une dizaine de tables chacune devant la scène pour les places les plus chères, puis une arène de petites tables comptoir face à la scène pour les moins chères.

Evidemment, elle a eu les places premium, soit celles en bas et en plus un très bon numéro.
On est donc à la deuxième rangée de table, en plein milieu… sous le micro.
Je regarde « Heu… il va être là ? A même pas deux mètres ? »
– Oui…je pensais pas que ce serait aussi près.

Nan mais c’est pas que c’est près à ce niveau, c’est que la table de la première rangée aura ses genoux dans la tête pendant tout le concert et que nous on aura qu’à tendre la main pour lui foutre une baffe si jamais ça ne nous plaît pas.

On nous donne le menu, évidemment tout ce qu’on consomme est compté en plus de la place et ça coûte plutôt bonbon, mais c’est quand même rare d’avoir la chance de pouvoir siroter un petit quelque chose tout en se repaissant de son idole à deux pas de vous.
On se prend donc des choppes de bières pour trinquer aux 31 ans de Dieu, c’est pas tous les jours.
Comme me dit ma copine, « Bah on se fout sur la paille, mais c’est son anniversaire c’est fait pour ça ».
Et elle a bien raison. On est jamais plus heureux que quand on dépense notre fric à tout va comme si on était riche.
Limite on profite mieux que si on l’était, car on se dit « bon je vais bouffer un onigiri par jour pendant 6 mois après ça, donc autant kiffer ma race de sa mère la ouf sur son flex, hein wesh gros ».
(Oui, quand on vide son porte-feuille et qu’on se cherche des excuses pour l’assumer, on parle tout à coup en français des banlieues)

Les équipes de télévision sont là, je ne savais pas mais le concert est retransmit en direct sur la Fuji TV.
C’est bien, comme ça si mon boss s’emmerde devant  Fuji TV ce soir, il saura où j’étais finalement.

A 19h tapante, les lumières se tamisent et… miyavi débarque d’entre les tables dans les gradins ! Les fans en peuvent plus, tu penses, elles croyaient avoir une place pourrie et elles se retrouvent à 50cm de son doux visage.
Il chauffe la salle par un solo de guitare dont il a le secret, descend les escaliers tout en jouant et c’est là que je l’ai admiré le plus fort dans ma vie : perso si je regarde pas mes pieds quand je descends des escaliers, je tombe. Trop fort ce miyou !

Il arrive sur scène et stoppe direct pour avoir la même réaction que nous quelques minutes plus tôt : « Putain c’est PRES ! ».

Tu m’étonnes.

Il a un peu abusé sur le choix du costard bleu électrique, d’autant plus qu’il a retroussé le bas du pantalon à pince jusqu’aux genoux pour en faire un bermuda, mais comme ça faisait longtemps que j’avais pas trouvé sa tenue moche, je suis contente de retrouver mes vieilles habitudes.

Je ne suis plus la groupie d’autrefois à la mémoire (et la silhouette) d’éléphant donc je serais incapable de vous écrire la setlist, mais il a fait pas mal de chansons récentes (Universe, Day 1, Moon etc…), deux trois inédites (dont une qui s’appelle Hanabi, les autres j’ai pas retenu le titre ou il ne l’a pas dit), et deux trois très anciennes comme Jibun Kakumei.

Mais surtout j’aimerais souligner une version qu’il a fait de Joushou Gaidou à sa sauce actuelle. Une version tellement EXCELLENTE que je dois avouer qu’avec cet arrangement frisant le génie, je n’ai absolument pas reconnu la chanson.
Et j’étais même plutôt vexée, « comment ça une chanson que je connais pas !? ». Honnêtement, je tuerais pour l’avoir en CD cette version, elle était magique.
Et c’est là qu’on réalise à quel point il a évolué en dix ans.
Il est bien loin le miyou qui s’égosillait tel Simba tentant vainement de rugir et qui tapait dans des murs en cartons pour faire le rebelle. Même si j’aimais déjà bien ce miyou là parce que j’étais jeune et impressionnable et que je l’aime toujours aujourd’hui parce que c’est nostalgique et tout simplement lui, je suis heureuse de constater qu’il a énormément évolué et mûrit petit à petit.

Chaque année je me disais qu’il avait progressé, que ce qu’il faisait était mieux, plus travaillé, plus contrôlé.
Il est devenu au fil des années un véritable artiste.
En fait au début j’aimais bien ce qu’il faisait. Maintenant ça me laisse sans voix.
Hier ce qu’il a fait avec sa guitare, franchement y’a pas de mot pour le décrire. Je sais pas combien d’heures par jour il passe à travailler sa technique, mais si il a toujours été bon, maintenant les Dieux le transportent voilà tout.
On sait depuis des années que le slapping et autre n’ont plus de secret pour lui, personne n’est resté indifférent à son intro de Selfish Love :

Mais maintenant je crois vraiment qu’il est passé à un niveau supérieur. Ca s’entend pas forcément dans ses singles ou clips avec des arrangements un peu plus soft, mais sur scène, quand il se permet des solos de la mort pendant de longues minutes, et ben on s’en prend plein la gueule et plein les oreilles.

Et encore, je vous dis ça alors qu’il a magistralement foiré son premier concert.
Déjà l’air de rien il avait l’air quand même impressionné qu’on soit aussi près de lui et aussi la présence de Fuji TV. Comme toute émission retransmise en direct, il y a les problèmes de temps, des blabla chronométrés tout ça… Et bon, il a pas l’air bien doué pour ça quand même et cette histoire de temps avait l’air de le chagriner au point que, adieu discrétion, il en venait a demander directement aux cadreurs « Ca va là le timing, me reste combien de minutes ? Je cause trop ou bien ? ». Quant à sa version parfaite de Joushou Gaidou, il s’est arrêté une première fois au bout de 30 secondes pour dire « Raaah, je me suis planté, faut que je recommence. Attendez je me refais les paroles… nin nin nin… Ouais… Ah bah non je m’étais pas planté en fait ! Putain et je suis en direct là hein ? Pas moyen de couper donc… Ok ok, j’assume. Mais j’aurai plus qu’à écumer le site de Fuji TV et Youtube pour faire effacer toutes les vidéos et que ca reste entre nous hein… » et recommencer sa chanson pour rien. Ha ha

Bon à part des petits couacs dus au stress, le concert était quand même très bien et lui et son batteur Bobo font quand même un superbe combo artistique.
D’ailleurs Bobo… Fou rire général à son arrivée. Car comme le savent sûrement les fans qui me lisent, Bobo le batteur joue toujours en petit short de camping.
Et là il arrive dans la salle de cet endroit guindé en chemise, cravate, veste noire… On entend un grand « Oooh ! » étonné de le voir si élégant dans la salle… jusqu’à ce qu’il monte sur scène et qu’on constate qu’il porte en dessous qu’un mini short beige, qui fait que de loin, on jurerait qu’il ne porte rien.
Effet de surprise des plus réussis, tout le monde jusqu’aux cadreurs est mort de rire.

Ma seule frustratrion sera que même si c’était super sympa de profiter de lui sur scène en buvant un coup dans un endroit sympa, c’est qu’on pouvait pas exploser avec lui.
Heureusement au bout d’un moment il nous a dit « Vous allez quand même pas rester assis tout le long non ? » et on s’est levés et a pu bouger un peu.

Fin du concert, on l’appelle pour un rappel, il ne se fait pas prier (à cause du direct qui tourne toujours) et revient quasi tout de suite.
Il s’énerve que son guest au clavier ne monte pas tout de suite sur scène alors qu’ils sont pressés par le temps « tu fais quoi, mooonnnte !! » pour réaliser que celui-ci reste dans la salle pour allumer les bougies de son gateau secret.
Happy Birthday to youuuuuu, de rigueur dans la salle et il se trouve tout con, il souffle ses bougies tout content.
Dieu est décidément très chou.
Il commence sa chanson, et au moment où le son monte, qu’il explose… les rideaux derrière lui s’ouvrent sur une grande baie vitrée qui donne sur la ville illuminée.
Superbe.
Comme je suis une chouineuse née, j’ai évidemment ma larme à l’œil.

Après deux trois chansons, le premier live (qui a duré1h40) est terminé et on sort de la salle.
On fait une petite pause, puis un quart d’heure après a lieu l’ouverture des portes.
Cette fois on a le numéro 8, donc 7 groupes sont déjà passés avant nous et 5 tables seulement sont déjà prises.
Cette fois, on décide de prendre une table au premier rang, sur le côté gauche car c’est le côté où il y a les coulisses et qu’il passe.
On ne se refuse rien en reprenant une boisson (bon finalement c’est pendant un an que je me nourrirai d’un onigiri par jour) et à 21h30, le deuxième live commence.

A deux trois chansons près, le concert est le même… sauf qu’il est cent fois meilleur.
Il n’est plus surpris par la proximité, la Fuji TV n’est plus là, il est à l’aise et pas contraint par des histoires de temps ou quoi.
Résultat il met le feu.
 Il l’avoue lui-même « Heu… c’est quand même vachement mieux qu’au premier concert là non… ? Fuji TV, revenezzzz !!! ».
Ha ha, dommage.

A l’arrivée de Bobo et son coordinate costard/mini short beige, on est cette fois aux premières loges et on se tape un fou rire monumental en se moquant des petits motifs qu’il y a dessus.
Mais Dieu est omniscient et veille, alors on se tape l’affiche quand on l’entend derrière nous au micro « Regardez les deux perverses là-bas ! Vous êtes un peu trop excitées par la vue de Bobo et son mini-short mesdemoiselles ! ».
Je me raidis direct. Raaaaah le gredin, alors que j’étais enfin relax !
Me revoilà de nouveau tendue comme un string.

Libre de mener son live librement, il s’est fait plaisir (et à nous aussi par la même occasion) avec impro et solo plus savoureux les uns que les autres, et franchement, je me suis demandé comment j’ai fais pour arriver à vivre sans l’écouter pendant six mois de faisage de tronche.
Il a de l’or au bout des doigts.

A la fin, il est parti dans un de ses speechs sur la vie dont il a le secret, vous savez, ceux qui vous donnent envie de dire merde à tout et de faire ce que vous avez envie.
Et ensuite, il a dit quelque chose en me regardant dans les yeux et qui m’a d’abord rendu mal à l’aise, parce que quand Dieu speech en vous regardant dans les yeux pendant d’interminables minutes, ça donne un peu envie de mourir, mais aussi qui m’a rendue un peu triste. Je sais parfaitement que s’il s’est adressé à moi à ce moment là, c’était absolument pas contre moi mais plutôt parce que j’étais la seule étrangère dans la salle et qu’il avait l’air de vouloir dire « tu vois ce que je veux dire ? » mais j’aurais trop voulu pouvoir lui répondre.
Il a dit un truc du genre « Vous voyez, j’aimerais trop que les gens me trouvent classe. En tant que Japonais vous voyez, pour ce que je fais, pour ma musique, pour mon style. J’aimerais vraiment qu’on pense du bien de moi, qu’on se dise que j’assure, qu’on m’admire. Perso moi je respecte les gens, et je vous admire vous mes fans et je trouve aussi que vous avez la classe. Et je suis content quand je vois que vous m’aimez aussi. Mais quand même, j’aimerais plus. J’aimerais vraiment être aimé partout, même à l’étranger. Mais franchement c’est difficile vous savez. D’accord, j’ai fais pas mal de tournées mondiales, je suis allé dans beaucoup de pays et c’était souvent sold out, ça s’est bien passé. Mais c’était mes fans, ils me connaissent. Dernièrement vous avez peut être remarqué, j’ai participé à beaucoup de festival de rock un peu partout dans le monde, pour voir ce qu’on penserait de moi, pour me faire connaître. Et bon, ça s’est bien passé mais on s’est bien foutu de ma gueule aussi. Nan c’est vrai, c’est pas pour dire mais on se fout pas mal de la gueule des Japonais quand même. A New York, au Maroc, ou même en France. On me voit avec Bobo avec ses cheveux longs et son short, et moi avec mon maquillage, mes fringues et mes tatouages partout. Et au lieu d’écouter ce qu’on fait sérieusement, on nous regarde et on dit qu’on est un couple gay,on se fout de notre gueule. Alors que vous savez en France, j’ai fait salle comble à l’Olympia ou à l’Elysée Montmartre qui sont des salles de légendes, beaucoup de grands artistes ont performé là bas. Mais ceux qui nous connaissent pas nous prennent pour des gays et se marrent. Bref, j’ai de très bons souvenirs et ça s’est bien passé, mais quand on essaie de se faire reconnaître à l’étranger, ou même au Japon d’ailleurs, c’est toujours difficile».
Et quand Dieu raconte ça en s’adressant à vous, ben c’est super troublant.

Surtout que je vois parfaitement ce qu’il veut dire puisque ça fait des années qu’on me demande « T’aimes toujours ta tantouze ? » quand on me parle de lui, et que je dois avouer que malgré mon ouverture d’esprit et ma capacité à me moquer de tout, y’a quand même des fois où ça me gonfle royalement.
Déjà parce que tout le monde y va de sa petite blague homophobe se croyant sûrement très original et très drôle alors que ça va faire 10 ans que j’entends les mêmes vannes (un peu comme l’éternel « T’as bouffé du chien au Japon ? ching chong !»…. ), et aussi parce que s’il était pas catégorisé visu et avait pas ressemblé à ça à ses débuts :

 

Ben certainement que certains le prendraient un peu plus au sérieux et écouteraient ce qu’il fait avant de me dire que c’est de la merde pour pisseuse.
Après qu’on aime ou qu’on aime pas ça reste encore qu’une histoire de goût, perso j’aime pas le Jazz alors que beaucoup admirent des saxophonistes renommés dans le domaine quand moi ça me laisse de glace.
Mais je dois avouer que mon second degré est parfois mis à rude épreuve quand on me sort encore aujourd’hui que miyavi c’est un chanteur à minette habillé en dragqueen.
Autant je suis fan de Mejibray et ça me fait rien du tout quand on se fout de ma gueule, autant miyavi c’est quand même un niveau au dessus et je pense pas vraiment qu’il mérite qu’on se paye sa tête.
(Coup de gueule de la groupie de minuit cinquante et un).

D’ailleurs après son speech, il a vu que la table du premier rang à ses pieds était composée d’hommes, dont un plus âgés que les autres.
« Evidemment je suis content de mes fans, mais ça me fait super plaisir de voir que de plus en plus d’hommes m’écoutent et viennent me voir. Toi par exemple – il se tourne vers l’homme mur de la table du premier rang – dis moi ton nom, ton âge, ce que tu fais dans la vie, je veux tout savoir ! »
– Je suis XXXXX, j’ai 45 ans et je suis musicien de profession. J’aime beaucoup votre travail.
– Vraiment ??? Waouw, ça me touche !!! Nan mais tous mes fans me touchent hein, mais qu’un homme musicien de profession et ayant encore plus d’expérience que moi vienne me voir, ça me fait vraiment quelque chose ! »
Et il s’est penché et ils se sont serrés la main.

J’avoue que j’ai bien aimé ce moment.
Déjà au Guitar Festival où on m’a fait passer en douce, ils avaient fait une sorte de tombola de guitariste, et ceux qui avaient été tirés au sort venaient jouer de la guitare sur scène avec lui et j’avais trouvé ce moment vraiment magique.

Il a terminé son concert, refait un rappel et… encore eu un gâteau apporté par son guest au clavier. « Quoi, encore ? On se refait la même jusqu’au gâteau ? C’est un peu abuser non ?».
J’avoue qu’on repassera pour la spontanéité.

Et voilà, concert terminé, les adieux, je fais des signes comme tout le monde la main tendue, il me prend la main au passage quand il descend les escaliers.
Je me meurs.  Ma main brûle.
Le fourbe a bien calculé son coup, mon addiction a repris la flamme de mes 20 ans, je suis perdue.

C’était magique. Je retrouve un de mes petits plaisirs oublié après deux ans à galérer ici et ne pas faire grand-chose à part travailler.
Résultat on est pas sortis de l’auberge car je retourne le voir mercredi soir, deux fois à Osaka en octobre, plus un autre show à la fin du mois d’octobre en duo avec un grand joueur de shamisen (me tarde vraiment de voir ça soit dit en passant) sans parler de la tournée de fin d’année……..
Bon, maintenant faut que j’écrive une lettre à mon banquier pour le préparer psychologiquement.

Voilà, j’ai retrouvé mes copines de live, mes habitudes, miyavi et sa guitare.
Il ne me reste plus qu’à demander une augmentation à mon boss pour pouvoir assumer tout ça.

Et comme je ne saurais terminer ce billet autrement, je vous laisse en charmante compagnie avec une vidéo de ses prouesses à la guitare…


Et une vidéo de l’anniversaire de Dieu de l’an dernier, où pour ses 30 ans il avait fait un concert en studio, diffusé en direct sur le net pour ses fans du mon entier :


Et pour les gens de bon goût qui en redemandent :

[MODE GROUPIE SUBJECTIVE : OFF ]

PS : Vivi, j’ai tenu le pari. Tu m’avais dit au moins 3000 mots sur miyavi et son double concert d’hier, j’en ai écrit 8000. Maintenant je veux mon colis de friandises. Ah,et un commentaire aussi 😉

26 Louanges

  1. Raaah, putain que j’aurais aimé être là. C’est dans ces moments-là que je veux l’échapper le plus de mon caillou au milieu de l’océan. A chaque fois qu’il est venu en France, j’ai pleuré de ne pas pouvoir y aller, parce qu’en plus de la place, il faut payer le billet d’avion.

    Pour moi Miyavi n’est pas Dieu, mais il est juste après. Si les mangas m’ont fait aimer la culture japonaise, il m’a fait aimer le Japon tout court. C’est parce que j’ai écouté ses chansons que j’ai commencé à vouloir apprendre le japonais et qu’aujourd’hui je fais tout mon possible pour réaliser tous les rêves qui m’ont fait peur pendant longtemps. J’espère qu’un jour j’aurais la chance de le voir en vrai.

    Et je suis entièrement d’accord avec toi pour son évolution musicale. Il était bon mais maintenant il devenu grand. Il n’a pas peur d’essayer de nouvelles choses, son jeu de guitare me donne envie de pleurer tant il est merveilleux, il chante bien maintenant et arrêter le visu a été la meilleure décision de sa vie.

  2. TELLEMENT D’ÉMOTIONS !
    Parfois, je n’écoute pas Dieu pendant quelques longues semaines, et c’est limite comme si j’oubliais à quel point je l’aimais.
    Là, ton article, c’est un fucking poing dans les dents uniquement fait d’amour dévastateur.
    Merci T______T

  3. Alors là… Je ne t’ai pas lu, je t’ai littéralement « bu »!! Franchement tes retranscriptions sont toujours aussi exquises! Tu as de là finesse dans l’écriture j’adore!
    Je t’ai d’ailleurs déjà vue sur Paris pour un de ces concerts il me semble, enfin je me suis dit à ce moment là « tiens elle c’est Sonia »…La Sonia! Celle qui tient le site, qui fait des fanproject, qui a eu la chance de caresser la jambe de Miyavi pendant un de ces concerts au Japon… Bref, tu es la noumber ouane quoi!!
    J’aime ce que tu racontes, tu m’as beaucoup fait rire, je me suis reconnue dans pas mal de choses que tu as dites et c’est avec une réelle délectation que j’ai lu ton compte rendu de son concert et celui de ta vie. En tout cas, maintenant que tu es à nouveau retombée dedans il va falloir que tu continue à nous en dire plus! Sérieux, je m’y suis vue au concert, me dire « rohlalalaa mais il va être tout près »!! Biensur j’aurais aimée le vivre vraiment mais le Japon (après avoir eu la chance d’y aller) ça reste loin et niveau sousous c’est pas comme pour aller dans la Creuse…
    Bref après être une fan aguerrie de Miyou je dois bien t’avouer que je suis aussi une grande fan de toi!D’ailleurs, rares sont les fois où je me lance de la sorte pour écrire un commentaire! Tu m’as donnée envie de t’écrire pour te MERCI!
    Je te souhaite une bonne continuation et j’espère vraiment avoir d’autres choses à lire bientôt!

    O genki de Sonia san 🙂

  4. Ce commentaire atteste de mon entière lecture de ce post! j’ai mangé le peu d’ongles qui me restait et j’ai eu les yeux mouillés (et pas que mon entrejambe) en te lisant. On ressent presques les mêmes choses. C’est le seul pd à slim rose (pr te fr rager :p) à m’avoir fait pleurer en serrant Danie contre moi! j’ai eu la chance de le voir au Japon, à l’Asakasa Blitz, j’avais une place totalement daubée et les fans surprise de voir une française (ou apeurée par mon 1m75 aussi haut que large) m’ont invité/poussé au 3ème rang. On hurlait à chaque fois que miyavi nous disait quelquechose, je comprenais rien, et un moment miyavi a sorti « il y a des mecs ce soir? » et evidement j’etais toujours dans l’euphorie et j’ai hurlé « yeaaaaah » les bras en l’air, seulement accompagné de deux vrais mecs au fond de la salle, je me sentie très seule, mais j’ai fait rire presque toute la salle.
    Ce qui est rare avec les chanteurs, c’est que miyavi a su évolué avec son âge et cultivé son style contrairement à des mecs qui feront tjrs la même chose tt leur vie. Quand on écoute myv on reconnait son style mais il fait quelquechose de tjrs nouveau, on ne lasse jamais de lui!

    Vu la quantité de thune que tu vas dépenser, je vais devoir t’envoyer des sachets de purée, de la soupe, des tonnes de riz et des sachet lyophilisés!

    Love <3

  5. Aurélie

    Quand j’ai vu ton pavé (ou plutôt ton mur de pavés) je me suis dis que j’allais le lire demain (enfin tout à l’heure quoi…). J’allais juste lire le début par curiosité et (oh ! surprise) j’ai pas réussi à m’arrêter… Je viens de me souvenir de beaucoup de choses et surtout que lorsque j’ai bifurqué vers mon rêve c’est sa musique que j’écoutais h24 !! ^^ Merci beaucoup pour ce moment ^w^, et bonne rechute !

    PS : J’espère que tu dors bien la nuit (et que tu as (bien sûr) écrit ce texte à une heure décente. ^w^) oyasumiii ! (ô°ô)

  6. miyavi…
    Dieu… Un peu un grand frère aussi (enfin surtout pour moi, je le vois comme un grand frère).

    Ca me manque de ne pas le voir en live.

    L’ayant suivit depuis sa période de guitariste dans Dué le Quartz je suis entièrement d’accord avec toi pour dire qu’il a passé son temps à murir, grandir et évoluer. Il a tâtonner musicalement et aujourd’hui il a pris le meilleur dans les différents styles, il a arrêté de brouiller sa musique avec un visuel trop imposant pour rendre sa musique plus forte.
    Et malgré tous les changements musicaux on le reconnait. On reconnait son empreinte musicale.

    Et j’ai mûri avec lui.

    Il a toujours voulu faire un son nouveau, il a toujours travailler sa technique. Il a toujours connu sa faiblesse vocale mais son acharnement a payé. Et ça te fait réfléchir et te faire dire « si tu le veux, tu peux ». C’est en partie grâce à lui que je me dis « si je le veux, je peux »

    C’est un rebooster de moral. Il a toujours été quelqu’un de très humain et naturel même au début de sa carrière où tout le monde pensait qu’il était imbu de lui même.
    Moi j’ai toujours vu ce mec pleins d’énergie, d’espoir, qui a aussi des défauts et qui essayent de faire avec, qui se donne les moyens de défoncer les portes qui lui sont clauses.

    Arf et son discours c’est tellement touchant. C’est exactement ce que tu dis, moi aussi ça m’énerve les gens qui le jugent sur le physique au lieu d’écouter.
    Mais ça évolue lentement. J’ai été surprise lorsque j’ai eu un collègue fan de bon gros métal bien gras quand il a su que j’allais à un concert de miyavi lors de sa dernière tournée mondiale. Il a dit qu’il aurait bien aimé y aller car il connaissait sa réputation de p*tain de bon guitariste.

    Et comme tu dis les ko-miyavi en grande partie c’est vraiment une communauté de fan à part et je pense que c’est vraiment dû à miyavi qui considère ses fans comme une grande famille, il arrive à instaurer ça quand il s’adresse à son public.
    J’ai jamais vu ça ailleurs non plus.

    J’aurai bien aimé être là aussi… Je me demande pourquoi je paye tous les ans le fanclub, en France on a pas grand chose .___. (enfin si, quand il vient on peut rentrer en premier c’est déjà ça)

  7. Arf miyavi c’est l’un des rares artistes à me faire pleurer en live par ses messages et sa musique.

    *retourne pleurer*

  8. En plus en ce moment j’ai bien besoin de me faire une grosse cure de miyavi tellement je suis au plus bas. Ça tombe bien que son anniversaire tombe pile dans ma grosse déprime ça va m’aider à me sortir de ce marasme >_<

    (oui je te spam, mais miyavi me rend toujours un peu fofolle et j'ai dû mal à concentrer ma pensée en un seul message)

  9. Ily

    Sonia, tes lives reports me manquent! Tu as finis par me faire pleurer, ça craint…

    En te lisant, je me revois moi aussi il y a quelques années, ce magnifique concert à L’Olympia qui reste encore aujourd’hui intacte dans mes souvenirs, je me souviens aussi des fanprojets auxquels j’avais adoré participer. (La feuille A4 avec le petit logo « sakura » c’était moi *fuis*)
    Et aujourd’hui, qui je suis, ce pour quoi je travaille, en y pensant peut-être que Miyavi et toi n’y sont pas pour rien. (ouais, carrément, j’ai un peu grandi avec lui / vous en même temps)

    Bref, tout ça me rend nostalgique, et voir que des gens comme toi passionnées jusqu’à l’os sont restés plus ou moins les mêmes (on évolue quand même) me fait chaud au coeur.

    Ce qui m’a toujours plus en Miyavi au delà de sa musique c’est lui. Il y a un moment ou je le voyait comme dieux. Aujourd’hui je le vois comme un homme qui se bat pour se qu’il est et ce qu’il veut. Et voir comme il se débrouille avec sa vie me rend fière d’être fan et me donne envie d’avancer comme peut-être jamais personne de mon entourage n’a réussit à faire.
    Peut-être que c’est ma définition de « dieux » finalement XD

    Ca y est, j’ai rechuté.
    Merci <3

    PS: En me relisant je trouve que mon message n'a pas de sens, j'ai du mal à m'exprimé sur mon ressenti, mais tu auras une déclaration d'amour en plus à ton palmarès cependant !

  10. Bon et sinon il a fait quoi au concert de 30tomars? ;p HAHHA

  11. letice

    Ahhh…. 2 jours pour trouver du temps pour Lire ton pavé et 1 journée entière pour finir de le lire!!! Alala, la bonne époque de tes live report…

    J’aurais bien voulu le voir au Japon aussi…, car c’est vrai que ses live en festival ne sont pas mémorables. Il a l’air stressé le pauvre. Il n’est pas posé et donc enchaine au point de manquer de respirer et fini 10 min en avance sur l’heure…

    J’aimerais qu’il soit encore un peu plus mature et posé, qu’il puisse être moins brouillon parfois. Et oui, même s’il reste Dieu, je lui trouve quelques défauts (je suis exigeante) 😉
    J’espère que son nouvel album sera mieux enregistré que le précédent en tout cas.

    Malgré tout je ne rate pas une occasion d’aller l’écouter et j’espère un concert bientôt 🙂
    Avec un peu de persévérance, je pense qu’il peut se faire une place. Don’t give up…

  12. Messy

    Raah la la Sonia, qu’il fait bon de retrouver ta prose miyavesque. Personne ne raconte mieux miyavi que toi et franchement, tu nous manques. En tous cas à moi.
    J’éatais fan de ton site dès ses débuts (tout en noir et rose) et je l’ai vu évoluer et comment tu te démenais pour nous et nous rapprocher de lui.
    Tu sais tu dis que les fans français aussi étaient sympa qu’ils te faisait des cado etc. mais je crois que quelques part c’était toi qui les rendait comme ça.
    Parce qu’avant ton site, les site sur myv c’était des skyblog de photo, des forums avec cesalbums en dl et des traductions pourries et incompréhensible.
    On était toutes pareilles, à baver sur lui, à dire « il fait troppp délirer  » parce qu’on le voyait s’exciter sur scène ou dans un vidéo comment, mais c’est tout en fait.
    On savait pas trop qui il était, ce qu’il avait à dire ni le sens de ses paroles. Il était beau et tripant quoi.
    Toi t’es arrivée de nulle part avec ton site sans une photo, sans un téléchargement rien, juste de l’infos.
    On voyait que t’y passait tes nuits (toutes tes newsletters arrivaient à 3h du mat’ xD) traductions de qualité, une tonne d’infos vérifiées, des live report de fou… Perso je le kiffais avant, mais en ce qui me concerne c’esttoi qui m’a vraiment fait découvrir qui il étai et à quel point c’était un artiste.
    Donc franchement pour tout ça, merci. Grâce à toi moi aussi j’ai pu profiter de son message et chercher à être plus forte et réaliser mes rêves.
    Tu déchires et ouais, comme a dit une demoiselle plus haut, tu es THE Number Ouane.
    Merci pour ce post, c’était super nostalgique de l’époque où tu entretenais notre flamme miyavienne et nous chouchoutais avec tes projets et tout.
    Plein de bonheur et miyavise bien <3

  13. Lyly >> Vraiment je te souhaite plus que tout de pouvoir aller le voir au moins une fois. C’est vrai que ça doit pas être facile de voir toute la francophonie se réjouir de le voir régulièrement depuis 2008 quand toi tu ne peux pas.
    J’espère de tout coeur que tu pourras réaliser ton rêve de venir vivre au Japon en 2013 et que tu pourras enfin le voir en live !
    Je t’encourage en tous cas 🙂

    Archessia >> Comment OSES-TU oublier que tu l’aimes ? C’est lui qui nous a réunies ou bien ?? Ceci dit je suis là pour ça, rappeler aux gens qu’il est merveilleux et qu’il faut l’aimer, xD
    Oublie pas que le but ultime de tous les efforts que tu fais maintenant, c’est qu’on aille baver sur sa face ensemble dans un concert au Japon xD

    Meigetsu >> Merci beaucoup pour ce superbe commentaire, super gentil et touchant et tout… Ca m’a tout remué le kokoro.
    Ca m’a fait rire aussi, je vois que le fait que je me sois retrouvée entre ses jambes à laisser mes mains vagabonder sans que je me rende compte n’a pas marqué que moi, mdr
    Que de souvenirs…
    En tous cas vraiment merci pour tout d’avoir pris le temps de me laisser un commentaire, c’est pour des gens comme toi que c’était vraiment un plaisir de m’occuper du site et des fanproject.

    miyabi >> Je suis heureuse que tu aies tout lu, car même si j’avais une folle envie de live reporter après les deux concerts tellement je voulais partager mon amour débordant, je me retenais déjà en me disant « baah je m’occupe plus du site, et sur sonyan les gens s’en foutront… ». Tu m’aurais pas mis un petit ultimatum, si ça se trouve je ne l’aurais pas écrit.
    Et l’Akasaka Blitz, j’y étaaiiiiiiis !!!! On ne se connaissait pas encore à l’époque. Enfin toi tu devais déjà suivre mon site à l’époque car je me souviens ce jour là, une KO-MYV Taiwanaise que je retrouvais à pas mal de live avait été scotché car apparemment elle était de ton côté pendant le live (côté gauche ? moi j’étais au droit), et quand elle a su que tu étais française elle t’a demandé « Tu connais Sonia ? » et tu as apparemment répondu « Ouiii, elle tient le site de miyavi ! », elle en revenait pas… et moi non plus d’ailleurs, xD
    Et je me souviens du passage où il demande si y’a des femmes et après si il y’a des hommes !
    Raaaah que de souvenirs <3

    Aurélie >> Oui je ne sais pas trop écrire autrement que par des pavés malheureusement… (enfin y’a encore quelques maso pour me dire que c’est trop court, xD).
    L’air de rien, miyavi a encouragé énormément de ses fans à poursuivre leurs rêves, il a ce je ne sais quoi qui donne l’envie et la force.
    PS:Il est bien évident que mes habitudes ne changent pas et que j’ai posté ce billet à plus de 3h du matin… Ha ha

    Alexiel >> Pour commencer, sache ma chère qu’on ne me spamme/pollue/ennuie/saoule/et tout plein d’autres verbes JAMAIS quand il sagit de Dieu. Tu peux poster 15 commentaires que ça m’ira très bien.
    Je me souviens que tu es la toute première fan de myv a qui j’ai parlé, bien avant que je fasse mon site, sur un forum de visu que tu avais avec tes copines (et dont je ne me souviens plus du tout du nom…). J’avais fais un topic miyavi et y’avait que toi et moi qui l’approuvaient, xD
    Personnellement je trouve aussi que j’ai mûrit avec lui et ça me fait plaisir. Comme si on évoluait ensemble.
    Comme toi je le trouve inspirant, qu’il sait mettre la claque qu’on a besoin pour aller de l’avant, pour montrer qu’en s’arranchant c’est possible.
    TOUJOURS ecouter miyavi quand ça va pas, ça devrait être prescrit à tous les dépressifs. Ses paroles sont un hymne à la vie et à la réalisation de ses rêves.
    Courage, et si tu veux causer ou quoi, n’hésite pas <3 Je fais aussi coach de vie à mes heures perdues 😉

    Ily >> Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, je me souviens de tes feuilles avec les sakura !!!!!! Non ne fuis pas, reste !! On commence à peine à discuter ! lol
    Nan oui je me souviens bien, c’est parce qu’il y avait des fans comme toi, prête à me suivre dans mes lubies (et à tuer des arbres pour notre cause lol) que c’était si cool à faire.
    Je n’ai vraiment que des bons souvenirs de ces moments.
    Ca me touche que tu puisses dire que « nous » n’y sommes pas pour rien dans ce que tu as fait de ta vie aujourd’hui mais… moi je n’ai fais que traduire 🙂
    Pour ce qui est de ma définition de « Dieu » quand je l’appelle comme ça, en fait c’est pas pour une question de surhomme ou quoi à vrai dire, c’est juste que le gars il a une philosophie de vie qui me plait et c’est un des seul qui me donne la foi en ce qu’il dit. Quand je l’écoute j’ai l’impression que tout est possible, qu’on peut faire un monde meilleur, il me donne envie d’être gentille avec les gens, de ne former qu’une famille. Bref,me suis toujours dis que je détestais la religion, mais si c’était la sienne, je cours me convertir.
    Il me redonne espoir quand tout semble tout noir, pour moi c’est une bonne définition de Dieu. xp
    Rechutons ensemble <3

    miyabi >> Je commence à te connaître, je trouvais bizarre que tu poses pas la question pour m’embêter ! lol
    C’est pas un truc qui a eu lieu au concert mais après, et ça concerne vraiment pas lui en tant qu’artiste, c’est pour ça que je préfère passer dessus.

    letice >> A vrai dire à part ce festival de guitare où je suis passée a son live en douce, je ne l’ai jamais en festival. Et encore, il était dans son élément et ça restait un mini « one man ». Même si il en fait pas mal en été au Japon, je ne suis jamais allée le voir en festival, donc je ne sais pas trop ce qu’il donne.
    Mais ça ne m’étonne pas tellement ce que tu dis, miyavi c’est quelqu’un qui a l’air de se mettre une pression absolument énorme et se perd un peu parfois.
    Il a du mal à cacher ses emotions et se laisse un peu emporter par son état d’esprit. Comme je suis l’empathie incarnée, je le pardonne etle trouve humain, mais c’est vrai que ce serait bien qu’il se maîtrise un peu plus.
    Me tarde de l’entendre moi ce nouvel album, deux ans, c’était LONG.
    Et je ne doute pas qu’il se fera une place.

    Messy >> Wouaw, encore un commentaire bien touchant… T-T
    Ecoute je ne sais pas si c’est ce que j’ai fais mais en tous cas c’est ce que j’avais envie de faire. Je voyais tellement de rumeur sur lui, d’image erronée, de paroles massacrées… Je me disais t’as la chance de parler Japonais et comprendre ce qu’il dit, alors autant partager.
    Si vraiment, ne serait ce que seulement pour toi, j’ai réussi à montrer qui il était et le rapprocher de ses fans francophones, alors je suis la plus comblée.
    Merci pour cet adorable commentaire.

  14. Edith

    je ne connais pas du tout cet artiste mais je pense que je vais certainement déjà commencé par le wikipediatiser et puis le youtubiser pour me faire un avis !! mais là comme ça tu donnes envie !! encore un super article !! des bisous !!!

  15. Myriam

    T’imaginer rester plusieurs mois sans écouter Miyavi m’est très dur. Je suis contente que tu redeviennes « normale » le concernant. Dire que je l’ai découvert en téléchargeant un sims pour mon jeu, j’avais trouvé le personnage original. Voulant savoir qui était cet artiste, car c’était dans cette catégorie qu’on le téléchargeait, j’ai fait, comme toi, appel à mon ami google et paf… le charme a opérer. Depuis, j’écoute, j’achète, je télécharge, (normal, belgique et Miyavi pas amis, donc pas de cd) heureusement j’ai découvert cdJapan. J’ai converti deux personnes à notre religion et elles sont bien accro je dois l’avouer. Quand tu parles des réactions des gens qui le traitent de tantouzes et autres jolis noms, j’ai fait une expérience avec un ami. J’ai simplement mis un cd et lui ai fait écouter un solo de guitare sans montrer de photo de Miyavi. Il a adoré, m’a dit « ce type est génial » il joue comme un Dieu, mais quand il a vu la pochette, il a réagit autrement. Pauvre c… Comme si avoir un look original et bien jouer de la guitare ou chanter était incompatible. J’approuve lorsque tu dis qu’il a fait d’énormes progrès. Mais ce que j’aime le plus chez lui, c’est la diversité de sa musique. Je n’ai pas encore terminé de découvrir les deux, musique et artiste et j’espère ne jamais avoir terminé, qu’il grandisse toujours plus. Comme toi, il m’a permis de rencontrer des fans, dont tu fais partie. Je me souviendrai toujours du concert à l’Olympia et du chat cousu pour lui.

  16. Myriam

    Désolée, pour le long commentaire, mais on a toujours tellement à dire lorsque l’on parle de Miyavi, de sa musique et de ses fans.

  17. Je crois être la seule personne de celles qui ont potées un commentaire à ne pas être fan de Miyavi (excepté edith qui ne connaissait pas)

    Miyavi, j’en ai entendu parler lorsque je suis arrivée au lycée, par les autres élèves de la section japonais LV3. Et effectivement, le mot « dieu » ressortait très souvent dans la conersation. J’avais beau aimer le japon, je n’ai jamais accroché à la culture visu. Pace que bien sur, dans la bouches de ces demoiselles Miyavi n’était pas le seul nom, mais je n’ai pas besoin de les citer, n’est-ce pas ?

    Je n’ai aucune idée de pourquoi je n’ai pas accroché. Je ne suis pas pas non plus allée chercher très loin. J’en ai fait un lot, qui ne m’intéressait pas, et je l’ai laissé dans un coin. Miyavi en faisait partie.

    Tout au long de mon parcours culturel sur le japon, il est ressorti plusieurs fois, notement à la japan expo, mais à chaque fois, je l’ai évité.

    Et puis tu as fait cet article. Non, je ne suis pas devenue fan, mais je crois qu’aujourd’ui je saurai répondre à qui de droit que Miyavi est un grand artiste à mes yeux. Je n’ai pas accroché à sa musique, histoire de gouts personnels, mais j’ai accorché au personnage vu par tes yeux.

    Je crois que j’aurais du mal à être fan de quelqu’un à ce point là, parce que je préfère manger de bonnes choses, je suis trop gourmande ! Entre un concert et un restau, je choisi le restau. Je n’ai pas la culture concert, je trouve pratiquement toujours les chansons plus jolies sur CD… Je vais me faire lyncher je crois xD

    Bref, en tout cas, c’est un tres bel article.
    Je regrette juste qu’à ce moment où miyavi à fait son speech en te regardant, il n’ai pas compris qui tu étais. C’est un peu triste.

    Mais vu comme tu est partie, il se pourrait bien qu’il finisse par comprendre !

  18. amyvzm

    Je sais pas trop quoi dire, j’avais mis ton article en favori pour le lire plus tard parce que … il est long quand même, et puis c’est toujours dur pour moi de lire des romans de gens qui vont voir miyavi quand moi non, mais c’est fait retard rattrapé! Je suis partagée entre frustration de pas avoir participé à tout ça et en même temps … Que je suis fière d’être une MiyaviAddict!
    Ça m’a vraiment parlé ton article, les émotions que j’ai en l’écoutant, comment je suis fière quand je le vois sur scène, son évolution tout ça … Dieu que j’aime ce mec! Rien que de lire ton article ça me remet dans un état de fangirlisme, j’ai des frissons de ‘hiiiii miyaviii’ DAMNED !!

    Ca faisait un petit moment que j’avais pas écouté de morceau de lui, trop frustrée de pas avoir pu aller le voir depuis un moment en concert franchement ça me faisait presque physiquement mal de frustration de devoir me ‘contenter’ de ses cds du coup hop plus de miyavi!!
    Mais vendredi je devais marcher 1h et quelques, je mets mon mp3 en mode random et il m’a mis à la suite Jibun Kakumei, Freedom Fighter et KuKuRu (version période Kabuki Boiz). Grand 8 émotionnel.
    Je suis d’accord que maintenant c’est plus abouti tout ça, j’ai toujours dit à mes potes que le truc magique avec miyavi c’est qu’il sort toujours le genre album que j’ai envie d’écouter au moment où il sort et qu’en plus d’être toujours différent du précédent album il est en plus toujours meilleur, du coup en dehors des moments nostalgie j’ai rarement envie d’écouter les anciennes mais là, c’est comme si mon cher balladeur avait sélectionné pile poil ce qu’il fallait pour me dire mais non rappelles toi : IL A TOUJOURS ETE GENIAL!!!
    Jibun Kakumei c’est la chanson avec laquelle je l’ai connu, j’y peux rien dès que je l’entend j’ai la banane, le coeur a 2000 à l’heure et j’ai envie de sauter partout, du coup malgré la frustration-privation j’ai laissé passé et en 10 secondes j’étais de bonne humeur et j’avais oublié que j’étais HS … Il devrait être remboursé par la sécu! Freedom Fighter n’a jamais fait partie de mes préférées mais … Diantre elle est géniale en fait O_o
    Et Kukuru … De base elle me fait chavirer, depuis le live au budokan elle me fait presque pleurer mais CETTE VERSION LA. La première fois que je l’ai écoutée j’étais à mon boulot et train de guetter le moment où le single de Sakihokoru Hana no You ni serait en ligne enfin téléchargeable (Oui miyavi rend peu sérieux pendant les heures de travail), poussant le professionnalisme jusqu’au bout je met mon casque en douce pour l’écouter … ça aurait été discret si j’avais pas fini le visage trempé de larmes T.T Depuis cette version me fait un effet monstre, je pleure à chaque fois.
    Bref … Tout ça pour dire que j’aime miyavi, que de l’entendre ou de lire des gens qui l’aime et leur ressenti ou leurs expériences ça me rend encore plus fière de lui, de voir qu’il touche autant d’autres personnes ça le rend encore plus fabuleux. Je sais pas si pour les fans de tous les groupes ça fait ça mais sa musique est déjà une source d’émotions (dans le sens large des larmes, la joie, l’envie de sauter, de serrer des gens dans ses bras tout ça), le voir en concert c’est tellement mieux mais en plus je sais pas pourquoi mais au delà de sa musique c’est un mec qui me rend fière de lui, de ses choix, de son envie d’aller de l’avant, de ses engagements …

    Je sais pas si j’aimerais toujours ses nouvelles compo ou pas, peut-être même qu’un jour je serai plus fan (HAHAHA genre!) mais je pourrai jamais oublié ce qu’il m’a apporté à travers sa musique ou même juste en étant quelque part, à quel point sa musique m’ont portée pendant des années difficiles, ont été le fond sonore de moments fabuleux et comment elles les font resurgir dans ma mémoire quand je les entend.
    Quand j’ai commencé à l’écouter je connaissais rien au japon et il m’a fait tomber amoureuse de cette langue, s’il avait pas été là, si j’étais pas tombé sur Jibun Kakumei par hasard est-ce que je serai la personne que je suis maintenant? Je doute que j’aurai eu l’idée d’étudier le japonais, d’aller à la fac pour ça, d’y rencontrer des gens fabuleux que j’aime et je ne serai pas allée vivre là bas. Ca a ete une expérience géniale même s’il y a eut des moments durs (tremblement de terre, tsunami, amis touchés ect) mais ça m’a enrichie, ça m’a rendue plus forte, plus sûre de moi et tout ça au fond c’est parti d’un jeune mec aux cheveux bleus qui cassait des télés à coup de gros marteaux … C’est dingue la vie parfois
    Bref merci pour ton article parce qu’encore une fois ça me rappelle à quel point je l’aime et qu’il est fabuleux parce qu’il nous fait vivre des moments comme ça ou tant pis le boulot et les soucis on peut l’écouter et tout oublier

    (désolée du roman je pense que je me suis emballée dans mon fangirlisme =p)

  19. amyvzm

    J’ai oublié quelque chose dans mon pavé (sisi c’est possible)
    Je comprend pourquoi tu as arrêté ton site mais je me rappelle le NOOOOOOOON mental qui avait accompagné cette nouvelle.
    Plus que ça je me rappelle les ‘opérations fan’ pour le concert de paris, les papiers de お帰り, les foulards à remuer ce genre de choses qu’on aurait pas fait si tu avais pas cherché à rassembler tout le monde pour se motiver (en tout cas moi j’y aurais pas pensé et ça aurait été dommage parce que ça fait partie des choses qui ont rendu les concerts encore plus fabuleux et qui font sentir que tu fais partie de la famille des KO-MYV et que t’es pas seule avec ton fanatisme =p )
    Bref pour tout ce temps passé à t’occuper de ce site (et un peu de nous du coup), à avoir été notre dealeuse de miyavisme pour s’assurer que chaque fan aie sa dose, un peu tardivement mais très sincèrement : MERCI !!!!

  20. nolwenn

    Vas-y amor qu’est-ce tu fous je te vois plus sur facebook?! Tu te rends compte le vide intersidéral que j’ai ressenti en ne pouvant pas aller squatter ta page? Si tu veux que je te clame mon amour régulièrement faut y remédier. Je te love malgré tout, mais je veux quand même savoir de quoi il retourne.

    (au fait t’as reçu mon truc ou pas beauté?)

  21. Maud

    Toujours pas de retour sur Facebook. C’pas normal ça (è_é) T’oublies un peu que c’est mon seul moyen de communication, heiiin ! (J’espère que tu vas bien… ! ♥)

  22. Rachel

    hé ! ???????????

  23. Sarah

    J’arrive plusieurs mois en retard pour commenter l’article mais je me devais de le faire, en tant que fan (mais de Dir en grey).

    De un, ton blog est un vrai régal! Tu écris vraiment bien, c’est très agréable à lire

    De deux, quel bel article… J’ai même eu les larmes aux yeux. Et ce qu’a dit Miyavi lors de ce concert anniversaire à propos des réactions à l’étranger, c’est tellement triste… Combien de fois j’ai essayé de faire découvrir des groupes japonais pour n’entendre que des moqueries ou des blocages à cause de la langue. C’est rare les personnes qui veulent approfondir. Ils ne savent pas ce qu’ils ratent.

    Être fan c’est quand même une chance exceptionnelle je trouve, de connaître ce « monde » là, c’est vraiment quelque chose d’incroyable, ça apporte tellement de bonheur. La joie que l’on ressent pendant les concerts, revoir les même personnes à chaque concert, que ces personnes deviennent des amis proches, voyager, galérer, … Personnellement, maintenant que je suis plus âgée je m’organise un minimum quand je vais voir le groupe que j’aime donc il y a moins de galère et donc d’aventure mais quand je repense à avant, je n’ai que de bons souvenirs!

    J’ai du mal à exprimer ce que j’aurai aimé dire mais en gros: j’adore ton blog et être fan c’est génial (quel beau résumé)

    Bonne soirée!

  24. saramdam

    bonjour,
    j’ai découvert ton blog via l’article sur le huffington, et je le dévore un peu plus chaque jour… j’adore ton écriture, et toutes ces tranches de vie que tu nous livres! et là, c’est la découverte! je ne connaissais pas Miyavi, mais franchement j’adore! merci!!
    bon courage dans ton parcours, pour ma part je repars en ballade avec toi, je crois que j’ai encore pas mal de lecture!

    et bravo d’avoir osé nous raconter, et merci aussi, parce qu’on ne sait pas, personne n’en parle… comment réagir quand c’est un sujet tabou? au moins, j’ai des pistes maintenant pour parler à certaines… c’est pas anecdotique!

  25. Emilie Domilici

    Juste wouahou !! En cherchant une vieille vidéo je tombe sur ton article et dès les premières phrases je te reconnais direct (ok moment de gloire encore une personne qui te reconnait haha !! 😀 ) Et là je vois que l’article est long mais haaa trop curieuse de savoiir, d’avoir des news donc jme suis tout lu d’un coup !!
    Je suis une fan depuis 2004 même si je n’étais alors qu’une petite morveuse et pas encore assez grande pour partir en vadrouille, mais je t’avoue que quand j’étais tombé sur ton blog en 2008 pendant la période du premier concert de miyavi à Paris tu m’as vendu du rêve !! Je t’ai suivi comme beaucoup dans le fan project qui à mon avis a fait son effet et a rendu le concert encore plus magique et plus interactif avec miyavi ! je me rappelle même avoir passer une petite partie du concert à côté de toi (sur la droite dans l’Olympia mais devant mouahahaha) et de t’avoir parler très rapidement !! Bref lire ton article m’a rendue nostalgique, dommage que tu sois passée par de mauvais moments, j’espère que ça va ou que ça s’est déjà amélioré, et contente de savoir qu’il y a toujours des fidèles !! Sinon… quelle chance ce concert anniversaire devait être magique !!
    Merci en tout cas pour tout ce que tu partages quand tu en as l’occasion, même si tu n’as pas de pouvoir de téléportation pour nous faire apparaître dans une salle de concert, tes descriptions sont déjà pas mal !! 🙂

  26. Bonjour !
    Je suis tombée sur cet article en septembre dernier (double fracture, bras dans le plâtre, des heures et des heures à occuper donc). Je connaissais déjà ton blog que j’avais parcouru durant l’été, me délectant de ta prose et remerciant ta capacité à produire des pavés puisque ainsi j’étais occupée pendant de longues heures.
    Bref…
    Je tombe sur ton article et je découvre Miyavi. Ma curiosité ayant été bien avivée par ton récit, je me retrouve sur Youtube à errer de vidéo en vidéo, me constituant la playlist la plus longue que je me sois jamais créée. Pour la première fois de ma vie, j’étais en train de me transformer en groupie (misère; il aura fallu 27 ans, mais c’est une réussite en matière de groupisation). Pour parachever le tout, j’ai été voir Dieu, comme tu le nommes si bien, en concert à Paris le 14 mars dernier. Je pense qu’aucune description ne vaut franchement la peine d’être rédigée. Ne reste qu’une sensation incroyable de plénitude…
    Je voulais te remercier de m’avoir fait découvrir cet artiste qui n’a pas fini de m’accompagner sur ma route et dont les chansons résonnent en moi… Merci encore et bonne journée 🙂 !

Répondre à Alexiel Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.