Une histoire de sous…

Aujourd’hui je vais vous parler d’un sujet grave. Un phénomène social à l’origine de tous les maux de cette planète. La cause de l’apocalypse future en 2012. Le fléau de l’humanité. Peut être même la véritable cause de la crise économique actuelle.

Je vous parle bien entendu – et vous l’aurez certainement deviné – des pièces de 1 yen.

(…Pourquoi je vous sens perplexe…?)

Vous savez les pièces de 1 yen, la même merde que nos pièces de 1 centime d’euros, sauf que ça vaut 132,18 fois moins cher (selon le cours du jour, 17h32…).
Donc déjà faudra m’expliquer le concept de créer des pièces d’une valeur de 0,00756529348 d’euros environ…
Je veux dire… Dans un pays où le niveau de vie est encore plus élevé qu’en France, soyons clair… Ca ne sert à rien.

Les pièces de 5 yens ne valent guère mieux, mais ont au moins pour elles d’être esthétiques et de porter chance. (On utilise d’ailleurs généralement les pièces de 5 yens dans les temples pour faire nos vœux…).

Mais non vraiment, les pièces de 1 yen n’ont rien pour elles. Elles ne sont pas spécialement jolies, sont tellement légères qu’on dirait du plastique, ne servent généralement à rien car dans une majorité des cas les prix sont arrondis, et puis surtout elles ne passent dans aucune machine ou distributeur.

Donc en gros, quand par malheur on se retrouve avec des pièces de 1 yen en poche, le seul moyen de s’en débarrasser est de payer avec en caisse.

Or je vous parlais il y’a peu dans le post « Introspection » de mon incapacité à faire face aux gens.
Le problème se révèle aussi vrai en caisse.

En France passe encore, les caissières lèvent rarement le nez, je suis un citoyen lambda et personne ne me remarque, et puis de toute façon je choisi la facilité en payant toujours par carte bleue, même pour des sommes ridicules, donc ça prend 30 secondes. Le temps de tendre la carte et taper son code. Finalement le seul truc qui me demande une préparation psychologique, est d’être capable de ranger mes courses tout en réglant la note afin que le tapis soit libéré pour le client suivant à temps. (Oui j’avoue, ce moment est ma hantise et c’est toute une technique de professionnel de haute précision que j’emploie pour ne pas arriver au moment fatidique où la caissière passe les articles du client suivant, qui viennent se mélanger aux miens sous le regards réprobateurs des gens dans la file…)

Mais au Japon, c’est pire.
Déjà je suis étrangère. Donc dès que je mets les pieds quelque part, je suis observée comme un cobaye en cage. On épie tous mes gestes.
Les trois quarts du temps, les employés suent rien qu’à ma vue. Mon dieu, une étrangère ! Vont-ils réussir à communiquer avec moi ?
Je lis l’angoisse sur leur visage et la mienne se multiplie par dix.
Ensuite, les Japonais ne paient quasiment jamais par carte bleue et le nombre d’endroit où elle est refusée est assez impressionnant.
Donc, toujours payer en liquide.
Ensuite, si les caissières sont nombreuses, les caissiers le sont tout autant.
Souvent jeunes. Souvent beaux.
Et moi un beau gosse en caisse, ça me PERTURBE. Je ne peux tout simplement pas (surtout si c’est pour acheter des pâtes à cul, vous le comprendrez bien). Donc dans l’idéal je fais la queue au plus moche, ou là où il y’a une fille. Mais parfois le sort s’acharne et la caisse du beau gosse se vide plus vite que les autres alors il m’appelle pour que je passe vers lui.

ARRRGH.

Et là mon estomac se creuse, mes intestins se tordent, mes aisselles pleurent, mon front suinte et ma voix chevrote. Dans les cas extrêmes, je ne comprends plus le Japonais et ne sait pas quoi répondre quand il me demande si je veux qu’il réchauffe mes plats à emporter de ces mains divines.

Je ne vous cache pas qu’il m’est déjà arrivé d’entrer dans une supérette où il n’y avait que du beau gosse d’élevage à la caisse (sûrement recrutés sur casting, c’est pas possible autrement) et d’être tout simplement sortie de la supérette pour en chercher une autre avec des employés qui n’ont pas l’air d’être tout droit sortis d’un magazine.
Non, je ne me sens pas l’âme d’affronter en caisse les chefs d’œuvre de Dieu.
(Et comme d’habitude, même si le style est romancée car je suis tragédienne dans l’âme, sachez que toute anecdote écrite ici est véridique, il m’est donc effectivement arrivé de changer de magasin car les mecs en caisse étaient trop beaux pour que j’ose entrer….).

Bref, et au Japon je ne peux même pas me débarrasser de ce mauvais moment à passer avec la facilité de la carte bleue.
Mais payer en argent m’angoisse. Ca prend du temps, le temps de chercher les pièces, pour peu que j’en fasse tomber à force de rebouiller le contenu pour trouver la bonne pièce. Et puis il faut compter (en plus généralement sous le stress je compte toujours à côté et passe pour l’Européenne attardée de service qui ne s’en sort pas avec ses sous nippons…). Puis aussi peur du regard de l’employé sur moi qui attends que j’ai fini mon cirque, que la queue se forme, que la personne derrière moi s’impatiente, qu’on m’emprisonne pour lenteur, que le ciel me tombe sur la tête, que sais-je encore…
BREF, c’est pire que passer le bac !

Donc je choisi la solution de facilité, je paye en billet. C’est rapide, pas besoin de chercher une plombe dans le porte feuille, ça va tout seul. Un billet assez important pour couvrir la somme que j’ai à payer, et je n’ai plus qu’à récupérer ma monnaie et m’enfuir dignement.

Le problème, c’est qu’à force de procéder de cette manière, je me retrouve avec de la monnaie à n’en plus finir.
Alors les pièces de 100, 50 et 10 yens, passent encore. Je peux les utiliser à n’importe quelle machine pour une boisson, un ticket de métro etc… Bref, ça servira toujours.
Les pièces de 5 yens, serviront pour mes prières dans les temples et autres portes bonheurs attrape couillon dont je suis friande.

Mais ces foutues pièces de 1 yen…
Et bah oui, vous avez compris, elles me restaient toujours sur les bras.

Donc encore une fois pleine de bonne volonté, je me suis dit d’arrêter mes conneries, d’affronter la caisse comme le commun des mortels et de payer avec ces foutues pièces.
Mais non j’y arrive pas, où alors il faut que je prépare ma monnaie en rayon avant de faire la queue, mais 1) on me regarde faire et ça me stresse 2) comme Dieu s’acharne sur ma pauvre personne, et bien j’arrive toujours à me planter d’un yen ou deux et me tape la honte puisque en plus j’avais pris le temps de préparer AVANT. è_é

J’ai donc fini par abandonner et garder ma honte à ,00756529348 d’euros dans mon porte monnaie.
Mais tout fardeau a un poids à porter, au bout de quelques semaines, et bien mon porte-feuille rempli de pièce de 1 yen commençait à être lourd, difficile à fermer puis plus du tout pratique pour un sous. Même pas pour un yen.

J’ai donc trouvé la solution à tous mes maux et acheté une boite que j’ai posée sur mon étagère au dessus du micro-onde où j’ai vidé toutes mes pièces de 1 yen. Et après chaque échec de prendre mon temps en caisse pour payer, je venais déposer le fruit de ma lâcheté dans cette boîte secrète.

Et j’ai fais ça toute l’année……

Et vers le mois de Juillet j’ai commencé à me dire que ça craignait. Qu’est ce que j’allais faire de toutes ces pièces de 1 yen ? J’allais quand même pas les ramener en France… C’est lourd en plus.
Les donner à un SDF ?? Si je lui donnais un tas de deux cent pièce de 1 yen super lourd et encombrant mais qui ne lui donnait même pas la valeur d’un sandwich, il allait croire au foutage de gueule et m’en mettre une…
Quant à les liquider, cela me paraissait tout bonnement impossible, si j’avais pas réussi à payer avec pendant 10 mois, j’allais pas écouler une boite entière de pièce en quelques semaines.
Hors de question de les jeter, quelle que soit la valeur, de l’argent ça ne se jette pas.
Et pour ce qui est de les donner… qui voudrait d’une boite remplie de pièces de 1 yen… ?

Le problème était tel, que j’en ai demandé conseil à mes amies, qui pas compatissantes pour deux sous n’ont pas réellement relevé la gravité du problème.
Raah !

Et puis un jour… J’ai eu la révélation.
L’eurêka.
La petite ampoule qui s’éclaire à côté du crâne.

J’ai vu la chose qui trainait sous mon nez depuis des mois et que je n’avais jamais remarquée.
Une boîte de don pour l’UNICEF à côté de la caisse.
La voilà ma solution !!!!!

J’avais ENFIN trouvé une façon de me démunir de ce fardeau !

J’établis un plan de bataille simple mais efficace. J’allais me rendre à la supérette en pleine nuit, quand il n’y a personne et que le personnel est en train de réapprovisionner les rayons, ils ne feraient donc pas trop attention à ma présence.
Je me faufilerais à pas de loup en direction de la boîte salvatrice et y déposerait l’objet de plusieurs mois d’angoisse.
Ouiiii !!! Le plan était parfait !

Dès le lendemain, je m’y suis collée !

J’ai quand même dû payer mes mois de lâcheté en caisse, car arriver dans une supérette déposer des centaines de pièces de 1 yen et repartir l’air de rien, c’est quand même pire que de faire attendre 2min en caisse pour choisir sa monnaie…
Mais il fallait faire vite, il ne me restait que peu de temps pour me débarrasser de tout ça et j’avais bien choisi ma cible. Une supérette un peu plus éloignée de chez moi où je n’allais que rarement et où les employés étaient, certes des mâles, mais relativement âgés donc ne mettait pas en émoi mes hormones.

Ainsi, il ne faut pas croire que toute association plonge dans l’arnaque et vous vole vos sous mesdames et messieurs. Car ce jour là, l’UNICEF a réellement sauvé ma vie.

Et à partir de là, à chaque fois que je payais en caisse et qu’on me rendait la monnaie avec ces foutues pièces de 1 yen, je les déposais aussi vite que possible dans la boite de l’Unicef avec l’air goguenard : « Aaah, tu crois me pourrir l’existence en me refilant tes pièces hein ?? Et bien non, hin hin hin, car moi j’ai trouvé la parade ! Je ne me ferai plus avoir ! 6_6 ».

(Oui, j’ai peur de faire face à un caissier pour payer mes courses, mais pas de lui faire la guerre par télépathie. N’en déplaise.)

Et c’est ainsi que j’ai gagné ma guerre contre les pièces de 1 yen.

Et j’espère que cet article aidera toute âme perdue, telle que je l’étais,  face à ce fléau souvent méconnu du grand public.
Ne perdez pas espoir mes amis, l’Unicef est là pour nous sauver.

Je repars au Japon dans 6 semaines.

La question est : Ai-je grandit ?

Vais-je réussir à prendre mon temps en caisse où continuer à me réfugier dans les jupes de l’Unicef ? (Car même si je me sens fière de faire un don, régulier qui plus est, je ne sais pas si ils vont faire grand-chose de mes pièces de 1 yen…)

Mon challenge pour l’année 2010 à venir est de réussir à affronter les caissiers comme il se doit et arrêter de m’encombrer avec un million de pièces. Je vais prendre mon courage à deux mains, m’assumer et prendre le temps de payer au lieu de me sauver en baissant le nez.
(Avouez que ma vie est palpitante et pleine d’adrénaline.)

La guerre contre ces envahissantes petites pièces recommence donc dans 6 semaines.

Affaire à suivre.

En attendant, une photo d’une partie de mon butin de l’époque…

Le Mal revêt des formes parfois inattendues...
Le Mal revêt parfois des formes inattendues…

10 Louanges

  1. Alice

    Une victoire à atteindre !!! Bravo !!!

    Tu sais que je souffre du même mal en caisse ? Moi aussi je ne paie qu’en carte bleue, je speed à mort pour emballer mes achats, je crains l’erreur de code, la carte qui décide d’être muette…

    Et j’ai un pot de Nutella familial rempli de pièces d’euros, et pas que des pièce rouges… J’avais trouvé la parade : les machine à timbrer de La Poste. Mais les viles créatures n’acceptent pas plus de 20 pièces, donc il faut tomber juste… Trop dur, trop long. Et je suis tellement nulle en calcul mental, je ne paie JAMAIS en pièces, sauf si je n’achète qu’un article, genre mon déjeuner, et alors je prépare mon paiement dans la file…

    Tu n’es pas seule ! Mais moi, je donne pas. Pas de SDF, pas de maison Mcdonald’s, pas d’opération pièces jaunes.

    La dernière fois que j’ai pris en mains de vider mon pot de Nutella, j’ai offert une PS2 à mon mec.

    Le pot est à nouveau plein aujourd’hui, mais je m’en fiche. C’est une épargne comme une autre. Là.

    • meriwa

      J’avais le meme probleme avec les piece de 10won (1₩~0.00069€) et j ai trouve la meme parade que toi xD ..
      Lire ton post me rappelle tellement mon propre cas!
      Maisla ou je bad un peu c est qu’ici on te dis merci des que tu mets une piece…alors qu’interieurement je suis juste: * nooooooon encore une foutue piece de 10₩!!! Part! Vile creature de satan!*
      Rhaaa ma charite me perdra …

      Sinon je suis comme toi en caisse faut que j aille vite et que j emmerde personne….a la difference pres que moi je les cherche les beaux gosses …
      Rhaaaa les coreens me perdront…

      (Dsl j’ai un clavier coreen sans accents)

  2. Alice >> Rooh, je ne suis donc pas la seule à avoir des sueurs à l’idée de prendre mon temps à la caisse ?
    Toi que je vois pourtant si forte et assumée, j’avoue que je ne m’y attendais pas et quelque part ça me console.
    Par contre, faire un pot de pièces en euros, c’est clair que ça vaut le coup. Par contre dis toi que moi au bout d’un an, j’avais accumulé plus de 200 pièces de 1 yens, et que ça me faisait même pas 2 euros… Après c’est une économie comme une autre, mais à ce train là ça fait long pour une PS2. lol

  3. hotarukali

    Je suis ptdr…
    Vous me faîtes tripper.

    Non moi en caisse, je choisis la caissière qui sourit. On a un caissier pote de prison à Carrouf bin lui, même quand il est tout seul comme un con à sa caisse j’y fous pas les pieds. Je choisi Annie de préférence, ma préférée. Pis je paie selon ce que j’ai sous la main. Et les autres gens derrière, je les emmerde un peu en vérité.
    Le seul truc c’est que pendant que je fais mes courses je vérifie quarante milliards de fois que mon portefeuille est toujours là.

  4. Ta Leslie

    Il est épique cet article xD j’ai particulièrement aimé le passage sur les caissiers recrutés sur casting lool !
    Et puis surtout je me suis retrouvée dedans, vu que… je n’ose l’avouer mais j’ai une bonne centaine de pièces de 1 et 2 centimes qui croupissent dans une boîte sur mon étagère… J’attendais les Pièces Jaunes xDD, Bernadette viens à mon secours !

    Bisous ma Sonia <3

  5. Hotaru >> Dis donc, un(e) caissier(e) souriant(e)… C’est pire que la quête du Graal ça en France, non ? lol
    Les gens derrière que tu emmerdes, ça m’étonne pas de toi et je t’envie pour ce côté de ta personnalité<3
    Par contre je n'ai pas encore développé la psychose du vérifiage intensif de porte-feuille. La preuve, je le perds tout le temps \o/
    --------
    Ma Leslie >>> Mon dieu, mais en fait on est plein à faire ça ??? Moi qui me croyait tordue, sur trois commentaires j’en ai déjà deux qui font pareil, XD.
    Je me sens beaucoup moins seule d’un coup !
    Bernadette Chirac, Laetitia Halliday, à chacune sa sauveuse ! lol

  6. Alice

    Une préférence pour Lætitia ^^

    Moi je m’assume une fois le pot rempli. A une caisse de magasin peinard, avant la fermeture, et je préviens. Je propose de payer en même temps qu’il font la caisse, ou juste avant. Comme ça ils ne ferment pas plus tard, je dérange personne, tout ça. C’est réfléchi hein !!!

    Comme quoi, faut toujours parler de ses petits travers, on peu se sentir beaucoup moins seuls !

    Par contre… Je hais les gens, que dis-je, les vielles-mémés-qui-font-leur-courses-en-même-temps-que-la-classe-active, qui paient en CHÈQUE ! Qui cherchent trois plombes leur chéquier, puis leur stylo, puis leurs lunettes, qui n’arrivent pas à signer… GRR ! De toute façon le chèque va disparaître hé hé hé ! è_é

    Moi, depuis que je suis chômeuse, je fais mes courses aux horaires où il n’y a personne. C’est mieux pour tout le monde. Raaah !

  7. Gaelle

    la guerre des pieces de 1Y XD

    elle est toujours d’actualité? 2 ans apres…. si tu veux, j’ai une boite pour ranger la monnaie que j’ai achetée dans un 100Y shop! c’est super pratique, ya pas a chercher deux heures dans le porte monnaie!!

    vu que je repars dans deux semaines, si on se revoit, je te la donnerais! (si ca te branche!)

  8. Gaelle >> Alors c’est marrant que tu me demandes car je pensais faire un post rappel sur le sujet en disant si j’avais évolué ou pas. Je peux te dire en trailer que j’ai beaucoup progressé ! lol Je suis super décue qu’on ait pas pu se revoir avant que vous repartiez, on ne s’est vues que deux fois mais je vous ai bien apprécié 🙂 J’espère qu’on se reverra la prochaine fois que vous venez !

  9. Smalltie

    Une autre excellente technique pour se débarrasser de ces envahissantes pièces de 1¥: le nombre. Je m’explique lors de mon échange universitaire mes colocataires et moi avins constitué chacun de notre côté une petite collection de pièces de 1¥ et un jour la révélation émanant de l’americain (qui aurait pu être français tant il aimait profiter des nombreux vices et flous présents dans la société japonaise) : acheter des pizzas en ligne! Comme cela on avait le temps de rassembler en petits tas de 10 pièces de 1¥ et de compléter avec de plus grosses pièces au cas où et de regarder notre victime de jeune livreur compter la centaine de tas et en plus d’accepter nos coupons de réductions obtenus de manière frauduleuse un jour de grande neige (donc livraison impossible donc dédommagement en coupon de 1000¥)!
    Le piège parfait!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *