Table rase

      50 commentaires sur Table rase

Toc toc… ? Y’a quelqu’un… ?

C’est que c’est poussiéreux dans le coin, c’est à peine respirable ! Qui était de corvée de ménage ? Parce que manifestement, la personne a séché pour aller se la couler douce à la plage ! On peut vraiment compter sur personne.
Attendez, j’ouvre les fenêtres pour aérer un peu. Je vais changer la bannière aussi, celle-là pue 2010. Et cette version mobile, oh la la, c’est pas possible…
Bon, ben changeons toute la déco pendant qu’on y est.

…Ah, voilà qui est mieux.
Un an et demi que je n’étais pas revenue sur ces pages. Je vous ai laissés sur l’article certainement le plus dur que j’ai jamais écrit, et je n’ai plus donné de nouvelles, en bonne ingrate.
Bon, ceux qui me suivent sur Twitter ou Instagram ont eu un aperçu de ce que je devenais, mais c’est vrai que j’ai laissé beaucoup d’entre vous sur le carreau après ça.

J’ai tellement à dire, par où commencer ?

Je peux vous donner quelques nouvelles déjà, pour la partie des lecteurs qui a fini en bons chiots abandonnés sur l’autoroute et pour les indécrottables curieux.
Malgré les circonstances actuelles qui m’ont valu quelques crises d’angoisses au début, personnellement je vais plutôt bien. Je sors d’une longue, très longue traversée du désert qui fait que le confinement n’entrave pas trop ma joie d’en être enfin sortie.

Cette fois pas de relation toxique ou d’amoureux douteux pour venir me pourrir la vie, je suis bien entourée et personne ne m’emmerde. J’ai drôlement progressé là-dessus – sortez les cotillons et célébrez ma personne, s’il vous plaît.
Mais je suis revenue du Japon aussi brisée physiquement, bien plus que je ne le pensais, et ça m’a pris longtemps pour me remettre d’aplomb. Une fois arrivée ici, tout a commencé à lâcher sur tous les bords, et j’ai dû mettre toutes mes envies et projets entre parenthèses pour m’occuper principalement de mon corps et de ma santé.
Je peux vous dire que la sécurité sociale a largement regretté mon retour en France, je pense que je leur ai coûté plus de fric en un an et demi, qu’en toute une vie. Clairement, si tous les clients étaient comme moi, je pense que ma mutuelle aurait fait faillite depuis longtemps.

J’étais persuadée que ma reconstruction prendrait une petite année et que tout repartirait du feu de Dieu en 2019, mais les dégâts étaient tels que ça aura mis deux ans et demi…
Je ne vais pas revenir en détail sur mes problèmes de santé parce que les personnes qui me suivent sur Twitter en ont déjà soupé – et est-ce vraiment intéressant, au fond ? – mais ça fait un an et demi que je suis rentrée en France, dont un an que j’habite seule et… Je n’ai quasiment rien fait. Ne pouvant quasiment plus marcher, j’ai déserté les pistes de danse, mon dernier bootcamp de danse latine date de novembre 2018 et je souffrais tellement que sur 3 jours de cours j’ai réussi à en suivre tant bien que mal… deux. Autant vous dire que j’étais ravie d’avoir payé 300 balles de pass et d’hôtel pour ça. Après ça j’ai arrêté d’insister et je n’ai plus fait un seul cours en attendant une guérison qui ne venait pas.
Je ne voyage plus non plus. Du moins, pas comme j’aurais voulu. Je suis quand même partie en Thailande en décembre 2018 car j’avais réservé avant que ma santé ne me lâche… Mais je n’ai pas pu en profiter pleinement (même aller me faire masser était une souffrance, c’est vous dire) et je suis rentrée dans un état déplorable d’avoir forcé sur la corde.
Ensuite j’ai quand même fait la folie d’aller à New York en mai 2019 (j’avais acheté mes billets en janvier, croyant naïvement que je serais guérie d’ici là… on n’apprend pas de ses erreurs) en ne prévoyant qu’un voyage pépère pour réaliser un rêve de ma to do list : faire un marathon de comédies musicales à Broadway. Je me disais que même dans mon état, faire un voyage pour juste poser mon cul dans des théâtres serait à ma portée… Et même ça, ça s’est avéré compliqué et pas vraiment validé par mon médecin. Au final, j’y suis allée sous un traitement de cortisone pour cheval et des doses déraisonnables d’opiacés pour tenir le coup. Merci au passage à l’adorable Mila qui m’a suivie dans cette folie d’orgie de comédies musicales et qui a réussi à supporter mes humeurs souvent irritables à cause de la douleur qui me tapait sur le système malgré tous les antalgiques.
Ma dernière folie en date a été d’aller voir Miyavi en concert à Paris, Bordeaux et Lyon en octobre… Même si j’étais amputée des 4 membres, Miyavi c’est Miyavi et ça ne se loupe sous aucun prétexte. Alors j’ai pris mes places. Et encore une fois ça a été au prix d’une souffrance abominable, et de mélange de différents opiacés pas franchement recommandé. Pour Paris, je n’ai quasiment rien vu, assise au fond de la salle, et Bordeaux, j’ai quand même loupé mon train aller et mon train retour car je ne pouvais pas marcher, et j’ai failli finir aux urgences le lendemain matin du concert car je n’arrivais pas à me lever du lit de l’hôtel…
Bon, je n’ai rien regretté de ces quelques sorties, mais au fur et à mesure, j’ai commencé à me dire que c’était quand même cher payé pour seulement quelques heures de fun.
Une journée à Disneyland m’a couté ensuite trois semaines immobilisée à la maison où je n’arrivais même plus à aller aux toilettes tant je souffrais, par exemple.
Alors finalement, j’ai arrêté de sortir car j’étais psychologiquement fatiguée et que je n’arrivais plus à me dire qu’un jour ça irait mieux. Je n’ai vu que les personnes qui venaient chez moi ou proposaient une sortie tranquille dans un café ou restau pas trop loin, ce qui m’a énormément isolée. J’ai arrêté la photo car je n’arrivais plus à porter mon appareil, j’ai arrêté la danse car je ne pouvais plus marcher, je ne suis allée que peu au cinéma car j’avais du mal à tenir assise, j’ai refusé toutes les sorties qui incluaient un minimum de marche car c’était trop de douleurs ensuite… Bref, je sors de deux ans de lose intersidérale.
Donc je n’ai finalement pas vraiment profité de la France depuis que je suis rentrée, par contre, j’ai bien fréquenté les médecins, les kiné et praticiens de médecines parallèles, ainsi qu’hôpitaux et blocs opératoires. Ça, je connais par coeur.
Et j’en arriverai à cette conclusion : la sécurité sociale est un système béni des Dieux.
Je sais que nos acquis sociaux se font de plus en plus grignoter chaque année, mais je vous assure que j’ai été soulagée que toutes ces merdes m’arrivent une fois ici et pas au Japon, car la prise en charge n’aurait pas été la même.
D’ailleurs, ça a été mon principal argument pour rester en France. À la base, je comptais partir m’offrir une seconde vie en allant me dorer la pilule sous le soleil d’Espagne, mais quand mon corps à commencé à se démanteler comme celui de M. Patate, je me suis dit qu’après avoir tant galéré pour retrouver une carte de sécu, il valait mieux la rentabiliser et que je reste en France.

D’ailleurs, pour un coup, j’ai eu de la chance. Je me suis finalement faite opérer du dos le 2 mars 2020, sortie de l’hôpital le 7, juste avant le confinement et que tout parte en sucette. A 10 jours près, ils annulaient mon opération et je restais dans cet état (avec une risque de paralysie qui me pendait au dessus du pif, ça aurait été sympa).
J’ai ensuite passé un LONG mois allongée dans mon lit, sans avoir le droit de me baisser, ni de m’asseoir, ni de me DOUCHER.
Pratique, me direz-vous.

(Merci maman de me suivre dans toutes mes galères et me laver les cheveux pendant que je bouquine allongée…)

Un confinement, dans le confinement. Pendant que le monde trépignait de pouvoir sortir de chez lui, moi je trépignais de pouvoir sortir de mon lit.

Et depuis début avril, je revis. Je tiens debout, je marche, je peux m’asseoir… Bon, c’est complètement YOLO car je n’ai pas de suivi post-opératoire et je n’ai pas de rééducation deux fois par semaine comme je devrais… MAIS je ne souffre pas pour la première fois depuis novembre 2018. Et je vous jure que je reviens de loin.
Là, le monde n’attend plus que je le parcoure en pas chassés… MAIS ON EST TOUJOURS CONFINÉS !
J’étais persuadée que si l’opération était un succès, j’aurais une crise d’hyperactivité, à sortir partout et reprendre toutes mes activités en même temps… Mais l’univers a décidé que non, je suis donc toujours en pyjama deux jours sur trois, à tuer le temps sans voir personne.
Quand ça veut pas, ça veut pas.

En ça, le confinement n’a pas changé grand chose à ce qu’était devenu ma vie donc si ce n’est une frustration de pas pouvoir profiter du dehors alors que je suis ENFIN sur la voie de la bonne santé, je peux pas dire que mon monde s’écroule non plus. C’est juste une prolongation de ce mode de vie un peu isolé.
Sauf que cette fois, j’ai aussi beaucoup moins de travail qu’avant, et pour la première fois en cinq ans à toujours avoir la tête dans le guidon, j’ai le temps de m’occuper un peu de moi. Et franchement, si on oublie l’impact financier, ce petit frein dans mon mode de vie bourreau de travail me fait un bien fou. Je peux enfin prendre le temps de réfléchir à mes projets futurs, à ma carrière, à mes envies… Et aussi à ce blog.

Je ne vais pas vous mentir, j’ai passé de longs moments de réflexions à me demander ce qu’il allait devenir.
Est-ce que je l’abandonne ? Est-ce que je le reprends ?
Il y avait autant de pour que de contre.

★Le contre

Pour commencer, cela va faire cinq ans que j’ai un blocage d’écriture pour des raisons diverses.
→ Le premier, c’est le manque de temps. Depuis 2014-2015, je travaille énormément. Mon travail consiste principalement à traduire et écrire, et ces cinq dernières années, j’ai passé 50 à 80h par semaine sur mes fichiers à écrire, écrire et écrire comme un robot – et me taper tendinite sur tendinite.
Résultat quand j’ai terminé, je n’ai plus aucune envie d’être devant mon écran. J’ai envie de sortir, de voir des gens, de danser – quand je pouvais encore quoi – de me balader… Tout faire sauf écrire.
→ Le second blocage, je vous en parlais il y a quelques blogs, c’est mon manque d’anonymat. Avant j’écrivais sans qu’on me connaisse et je me sentais très libre d’écrire tout ce que je voulais. Aujourd’hui, beaucoup de lecteurs me connaissent d’une façon ou d’une autre, parfois même dans le milieu professionnel, et chaque blog faisait un peu parler de lui derrière (notamment les plus personnels, vous vous en doutez). Résultat, je me sentais bridée car je ne gérais pas toujours les retombées.
Bonne nouvelle : ce blocage a complètement disparu. Déjà en étant partie du Japon et en ne pouvant plus marcher, je ne côtoie plus grand monde depuis un moment. Et surtout, cette longue pause sur ce blog m’a permis de mettre beaucoup de distance dans ma tête et aujourd’hui je me fiche pas mal de ce qu’on peut dire et penser. Ça m’a pris plusieurs années, mais j’ai enfin dépassé ce souci, hourra !
→Troisième blocage, je trouve que tout ce que j’écris c’est de la merde. Mon critique intérieur est plus en forme que jamais et vient piétiner tout ce que je fais. Même là, ce que je viens d’écrire je me dis « Mais qui s’en soucie ? Mais pourquoi tu tartines tout ça, tout le monde s’en fout, ils veulent des drames, des plot twists et des blagues, eux ! » et vous n’êtes pas à l’abris que je ne poste jamais rien parce que je me serai dit qu’en fait, ça n’a aucun intérêt.

Au delà de mes blocages d’écriture, ce blog a une très longue histoire. Et comme dans chaque histoire, il y a des rebondissements et pas toujours des bons.
J’ai commencé ce blog il y a 12 ans. Et pendant plus de deux ans, il était destiné à deux trois fidèles amies, puis à ma famille, pour leur donner des nouvelles de moi depuis le Japon.
Et je ne sais pas quand ni comment, mais il a fini par être suivi par des centaines – et en 2013 même des milliers – de personnes.
A l’époque, il n’y avait pas vraiment de réseaux sociaux – on utilisait facebook pour indiquer à nos amis du CM2 qu’on avait pas revus depuis 20 ans qu’on avait mangé une pomme le matin et que Matéo avait enfin fait caca au pot -, il n’y avait donc pas de vague d’influenceurs et de chasse aux likes.
Ce blog est devenu populaire – à l’époque, car il ne reste plus que fidèles vétérans maintenant – sans que je ne fasse rien pour ça.
Et je n’avais pas l’éducation nécessaire pour savoir le gérer, alors bien souvent, j’ai laissé cette popularité et la relation avec les lecteurs me bouffer sans que je m’en rende compte.

J’ai mis le doigt dessus et l’ai réalisé il y a à peine quelques mois, en fait.

Je suis sur les réseaux une autrice/illustratrice qui a sorti un roman graphique absolument fantastique sur sa relation avec un manipulateur et comment ça l’avait détruite (Tant pis pour l’amour, de Sophie Lambda). J’ai adoré ce livre pour bien des raisons et l’autrice est très talentueuse et drôle, donc j’ai plaisir à suivre son instagram au quotidien, toujours très amusant et avec des dessins agréables et intelligents.
Et puis il y a quelques temps, elle a fait une story, disant peu ou proue « Je ferme mes DM, je n’en peux plus. Beaucoup viennent me dire qu’ils ont adoré ma BD et qu’ils se sont identifiés à mon histoire car ils ont eux-mêmes eu une relation avec un pervers-narcissique qui les a détruit. Et ils m’écrivent pour se confier à moi avec des détails souvent traumatisants de ce qui leur est arrivé. Moi aussi j’ai écris mon histoire, pour moi, pour m’en libérer, et je suis heureuse qu’on me lise et qu’on apprécie. Mais je ne peux pas lire toutes vos histoires. Vous, vous avez lu la mienne. Une seule. Moi j’en lis des dizaines par jour, des histoires de maltraitance, des histoires de viol, des histoires de violence, de tromperie. Toute la journée. Et je n’en peux plus, ça m’affecte beaucoup trop. Je n’ai plus la force psychologique d’affronter tous ces malheurs chaque jour, surtout que moi je ne peux rien faire pour vous. Alors je ferme mes DM. »
Et lire ça m’a vraiment percutée. Car à mon petit niveau, je me suis rendue compte que c’était exactement ce que j’avais vécu.
Après mon post sur les TCA, j’ai reçu des centaines et des centaines de témoignages quasiment aussi longs que le mien. Par commentaires sous l’article lui-même, mais les plus durs par emails.
Des choses vraiment horribles comme des personnes qui mangeaient du coton pour ne plus avoir faim, des personnes qui m’envoyaient leurs pesées chaque jour en me demandant ce que j’en pensais, des appels à l’aide de personnes désespérées qui mettaient leur vie en danger.
Et à l’époque, je me sentais responsable de toutes ces personnes. Parce qu’elles m’avaient lues, parce qu’elles m’accordaient leur confiance, parce que je suis quelqu’un qui déborde d’empathie – à un niveau maladif, vraiment – et que connaissant cette souffrance, je voulais absolument pouvoir alléger la leur d’une façon ou d’une autre.
Aujourd’hui, ça fait sept ans que j’ai écrit cet article, et pourtant, je reçois encore des appels à l’aide. Comment vous aider alors que moi ça m’a pris six ans et quatre ans de thérapie pour en sortir véritablement, et que je ne saurais même pas vous expliquer comment c’est – ENFIN – arrivé ?
Il y a quelques mois, j’ai reçu le message de quelqu’un appelant à l’aide pour une proche anorexique et me demandant de me déplacer pour aller la voir et lui parler, qu’on me paierait le prix des billets de train etc. Ça m’a vraiment mise mal car… Je ne me vois pas du tout prendre le train pour aller à l’autre bout de la France, rencontrer une jeune personne qui refuse le dialogue avec ses proches pour… lui dire quoi ? Chaque personne est différente, et surtout si elle n’est pas prête à affronter son problème, on ne peut rien faire pour elle. Cette personne avait besoin de recul sur elle-même, d’une envie de s’en sortir et de professionnels, pas de moi.
Mais la personne qui m’a écrite était évidemment désespérée et cherchait n’importe quelle solution… C’est terrible de dire non.
Evidemment, les messages de demande à l’aide pour se sortir d’une relation malsaine et consort sont aussi récurrents ces deux dernières années. Pour les maladies invisibles aussi. Mais c’est beaucoup de responsabilités de conseiller des gens qui parfois jouent leur vie sur quelques e-mails, sans connaître toute la situation, sans savoir vraiment ce qu’on fait…
Et je me suis vraiment laissée bouffer par ça. Réfléchir à des réponses qui aident, apporter mon soutien parce que même inconnue, cette personne se tournait vers moi… Au point que ces deux dernières années, j’ai l’impression d’être devenue l’espèce de psy de nombreux inconnus qui m’écrivent régulièrement pour uniquement me parler de leurs problèmes.
J’ai toujours répondu avec bonne volonté parce que pour moi, c’est impensable de laisser une personne en détresse dans sa solitude. Mais je ne vais pas mentir, à force, ça a beaucoup pesé sur mon moral. Parce que ce n’était pas une personne de temps en temps, mais des messages réguliers de plusieurs dizaines de personnes qui venaient vider leur sac à désespoir chez moi.
Et j’ai réalisé seulement il y a peu, grâce à cette story et l’opinion assez tranchée d’une amie influenceuse, qu’en fait… J’étais pas là pour vous sauver. Je suis heureuse quand mon blog peut vous aider d’une façon ou d’une autre à prendre votre vie en main, mais les choses doivent venir de vous, moi je ne dois rien à personne.
Je ne suis pas psy. Je ne suis pas médecin.
Je suis juste quelqu’un qui écrit ses tranches de vie sur internet, des fois drôles, des fois moins drôles. Et j’aime les échanges avec vous, c’est aussi en grande partie la raison pour laquelle je le fais.
Mais je ne peux pas aller intervenir auprès de vos proches malades, je ne peux pas venir vous sauver d’un mec taré, je peux pas devenir votre amie en trois messages, parce que si vous, vous avez l’impression de bien me connaître car vous me lisez depuis X années, moi je ne vous connais pas.
Et ça m’a pris des années, mais je prends enfin conscience que non, je ne vous dois rien et ce n’est pas mon rôle de vous sauver, même quand vous m’avez choisie comme oreille attentive.
D’ailleurs, la majorité des lecteurs me lisent et ne m’écrivent jamais, même quand ils ont lu des confessions difficiles de ma part. Ils ne se sentent pas l’obligation de me sauver parce qu’ils ont lu ma vie, donc je ne devrais pas sentir l’obligation de le faire quand vous me livrez la vôtre.
Je peux vous soutenir avec quelques mots comme vous me soutenez, mais c’est tout.
Moi, quand j’ai lu ce livre sur sa relation toxique, j’ai écris à l’auteur pour lui dire merci pour son travail, pour faire l’éloge de la finesse et de la générosité de son livre qui était d’utilité publique et lui souhaiter tout le bonheur du monde, mais pas pour lui raconter en détails ce qui m’était arrivé et lui demander quoi faire pour m’en remettre. Ça ne m’est même pas venu à l’esprit, parce que je sais bien que ce n’est pas son rôle.
Alors quand elle a écrit ce message pour dire qu’elle se sentait dépassée de ce qu’on attendait d’elle, je me suis rendue compte que je vivais exactement la même chose à mon échelle à moi, et que oui, ce n’est pas normal qu’on vous déballe tout et qu’on attende de vous quelque chose.

Même là, ça me coûte d’écrire ça. J’ai déjà envie de rassurer tout le monde en disant « mais non, ne te sens pas visé pour ce que j’écris, t’inquiète ! », car j’ai peur de faire du mal.
Surtout que je sais que personne n’avait de mauvaises intentions et une part de moi est toujours flattée qu’on me considère digne de confidences.
Mais c’est vrai que je n’ai jamais su mettre de limite dans cette relation entre mes lecteurs et moi, et je pense que j’aurais dû. Aujourd’hui, ces dérives sont connues et on voit souvent des créateurs de contenu mettre les points sur les i avec leur communauté et leur rappeler qu’ils ne sont pas amis. Mais il y a dix ans, les limites étaient plus floues et je me suis laissée dépasser.

Avant, j’étais toujours flattée quand on demandait à me rencontrer, ou à devenir mon amie, et j’ouvrais grand les bras. Et ça m’a valu quelques claques dans la tronche après coup.
Car tout le monde n’est pas bienveillant, et surtout, tout le monde s’est déjà fait une image très précise de qui je suis en me lisant. Et parfois, je ne suis pas comme vous l’aviez imaginé et ça vous déçoit.
J’ai ouvert la porte à de nombreux lecteurs qui souhaitaient me connaître en vrai. J’ai présenté mon cercle d’amis, j’ai donné des jobs à plusieurs personnes en galère au Japon, j’ai hébergé des gens… Pour que finalement tout se casse la gueule et que la personne me la fasse à l’envers à un moment donné. Ou alors l’amitié se termine mal car il y avait trop d’attentes et que je n’y ai pas répondu comme il fallait.
Des rencontres provoquées par ce blog qui se sont transformées en blessures. Certaines plus grosses que d’autres, mais dont la liste s’agrandit au fur et à mesure des années.
Donc je suis devenue méfiante – et un peu blasée. Je n’ai plus envie de m’investir émotionnellement. Je laisse souvent les invitations à se rencontrer sans suite, et en vrai ça me fait culpabiliser terriblement.
Mais j’apprends petit à petit, à mettre cette limite entre vous et moi pour me protéger. Et c’est compliqué, car je me dis que je vous frustre peut-être à ne pas me montrer aussi réceptive que vous l’espériez… Mais je dois apprendre.
Si je veux continuer à bloguer et vous divertir avec mes bêtises, il est impératif que j’apprenne à gérer ma relation avec vous, et la maintenir à une certaine distance pour ne pas me laisser happer.
Et mettre cette distance, ça veut dire me battre en permanence avec la peur de décevoir, la peur de blesser, la peur d’abandonner quelqu’un dans le besoin.

Rien qu’en écrivant ces lignes, je me dis « si ça se trouve, plus personne n’osera m’écrire après ça ou se sentira mal de m’avoir écrit avant » et ça me rend triste d’avance (la meuf qui ne sait pas ce qu’elle veut).
Mais assainir ce lien entre nous et me protéger est ma priorité. Comme vous l’avez sûrement compris depuis le temps, je suis quelqu’un d’hypersensible et une véritable éponge à émotions. Alors quand je laisse la porte ouverte à tout le monde, ça m’affecte bien trop profondément. Donc pour reprendre mes activités bloguesques, je me devais de rappeler ici que je ne suis pas psy, pas médecin, pas même votre amie, que j’ai mes propres galères à gérer et que je ne peux pas prendre sur mes épaules tout ce qui ne va pas dans vos vies.
Même si ça me coûte et me donne l’impression d’être quelqu’un de froid quand je dis ça.

Dernier argument qui pesait lourd dans mes contre la reprise du blog : mon humour.
J’ai un humour moqueur, exagéré, qui s’attaque à toutes les communautés et tous les pays où je vais.
Mais en 2020, est-ce que ce genre d’humour est encore acceptable ? En toute honnêteté, je me suis posée la question.
Ce n’est pas encore le débat « maintenant on ne peut plus rien dire », mais c’est juste une remise en question sincère de ma façon de faire rire.
Est-ce que toujours s’en prendre aux Japonais et les faire passer pour des abrutis, c’est raciste ? Pour le coup, je fais ça avec tout le monde, juste j’ai passé plus de temps chez eux, donc ils prennent plus que les autres. Mais est-ce une explication acceptable ?
Est-ce que me moquer de ci ou de ça, c’est valable parce que c’est au nom de l’humour ? J’aime l’humour piquant et acerbe (j’ai dans mes humoristes préférés Jeremy Ferrari et Pierre-Emmanuel Barré, donc bon, partant de là…).
J’en ai discuté en toute objectivité avec une amie, en lui disant « oui mais quand j’écris quelque chose de ce style, c’est pour rire », et elle m’a répondu « oui, mais c’est également l’argument de ceux qui disent des choses problématiques », et le fait est qu’elle avait raison.
Y’a quelques années, je me moquais dans un article d’une amie de l’école de japonais où j’allais qui portait une fausse frange et des lunettes sans verres. En 2010, c’était tellement détonnant, que ça me faisait rire.
Aujourd’hui quand je me relis, je me dis « mais meuf, elle fait ce qu’elle veut de son look, qu’est-ce que ça peut te faire ? ».
Je me suis pas mal relue, car on change beaucoup en 10 ans, et je n’ai pas tant trouvé de choses horribles et non assumables (bon je n’ai pas tout relu – que c’est long ces pavés ! – donc j’en ai peut-être loupé), mais le fait est qu’en 2020, la moindre phrase mal formulée peut mettre en colère de grosses communautés et blesser.
Et même si j’aime l’humour un peu acide, mon but c’est de ne faire aucun mal à personne, alors je me suis demandé si aujourd’hui, je pouvais encore faire rire sans taper sur les gens.
En même temps, je n’ai aucune envie de me censurer non plus et de dénaturer ma façon d’écrire.
Vaste débat.

Les pour

Malgré tout ce que j’ai dit plus haut, j’ai aussi eu de très belles rencontres grâce à ce blog. Mon meilleur ami depuis maintenant bientôt 9 ans m’a connu via ces pages et m’a tendu la main quand j’étais moi-même en galère, sans me connaître « en vrai ». Et aujourd’hui, il a le bonheur de supporter mon humour vaseux, ma mauvaise foi aux jeux vidéo et mes sautes d’humeur au quotidien depuis 2011. Il est mon frère de coeur, mon ange gardien, mon confident – parfois mon punching ball -, qu’on habite dans la même rue ou qu’on soit séparés par 10 000km, et jamais la vie ne l’aurait mis sur mon chemin sans ces petites pages de confidences.
Et puis certaines amitiés se sont faites au long terme, naturellement, via des petits échanges de messages simples sur plusieurs années et qui ont débouché sur des histoires sympa, sans me pomper l’énergie ou me demander plus que je n’ai à offrir. Des histoires où je ne regrette pas du tout d’avoir ouvert la porte.
D’autres ont des attentions vraiment trop mignonnes sans même me connaître. J’ai été opérée du dos en mars cette année, mais j’avais déjà subit une grosse opération en août 2019, et une fidèle lectrice m’avait envoyé un gros ballon avec un mot de rétablissement à ma sortie de l’hôpital qui m’a tout réchauffé le corazoncito.
Aussi, au concert à Paris de Miyavi, une lectrice m’a demandé la permission de venir me parler si elle m’y croisait – vraiment considéré de sa part – et quand ça a été le cas, ça a été une rencontre vraiment très émouvante, ponctué d’un gros câlin vraiment sincère. Une rencontre  sans pression, sans qu’on me demande de m’investir et de devenir la meilleure amie, et pourtant avec beaucoup d’amour. Ça m’a fait énormément de bien et si tu lis ces mots, encore merci d’être venue me faire ce coucou.

Sinon, comme vous l’avez remarqué, je suis quelqu’un de terriblement dur avec moi-même, qui excelle dans l’autodépréciation et le manque de confiance, alors recevoir des messages d’encouragements, de remerciements, des commentaires hilarants en retour à mes posts, ça fait toujours un bien fou. Surtout que j’ai une chance inouie : j’ai une communauté ultra bienveillante. Je n’ai quasiment jamais eu de haters, que des personnes compréhensives et respectueuses en commentaires, donc je ne vous dirai jamais assez merci pour ça.
Comme toujours, s’il y a du négatif dans ma façon de gérer mes relations avec les autres, il y a toujours énormément de positif, et vous êtes un boost incroyable.

Aussi, ce blog a un côté thérapeuthique. Il n’y a aucun doute sur le fait qu’écrire quelques confessions difficiles ici m’a permis d’avancer dans mon travail sur moi-même et d’aller de l’avant. Mais il a aussi également un côté « album souvenirs» qui est très rafraîchissant. J’ai relu dernièrement des trucs qui datent de 2010 ou 2011 et que j’avais complètement oubliés. J’ai trouvé vraiment précieux d’avoir écrit tout ça ici pour pouvoir me remémorer ces moments, et je n’ai vraiment pas envie que mes autres souvenirs se perdent car je ne les aurais pas écrits.
J’ai encore tant à vous partager sur mes aventures en Australie et ailleurs.

Enfin, le dernier argument, c’est que j’ai envie de renouer avec l’écriture « pour moi-même » et pas ce que je fais au quotidien pour le travail.
Après des années de blocage pour diverses raisons dont certaines évoquées ici, le travail que j’ai fait sur moi-même ces dernières années, certaines rencontres inspirantes ainsi que ce confinement et le précieux temps qu’il m’a offert m’a donné envie de reprendre.
Pas seulement ce blog d’ailleurs, mais reprendre l’écriture en général, sous toutes ses formes. Je ne vous cache pas que j’ai d’abord commencé par reprendre mes activités sur un autre site. Un blog qui n’a rien à voir avec celui-là, où je publie tout ce qui a trait à la culture : chroniques des livres que je lis, chroniques de films, séries et autres ; mais aussi écriture de fictions ou même de haiku (vous marrez pas !).
Je n’ai pas partagé ce site car… bizarrement, j’ai honte qu’on puisse lire les fictions que j’écris. En tous cas les personnes que je connais. Peut-être la peur de décevoir ou d’être jugée, encore une fois.
Je pense vraiment qu’une fiction peut en dire bien plus sur vous qu’un simple blog où on raconte seulement notre version d’une histoire. Pour l’instant je suis très active sur ce site-là, et je travaille sur plusieurs projets d’écriture que j’aimerais mettre en ligne plus tard.
Si certains sont vraiment intéressés de lire ce que j’écris sur ce site « jumeau » à sonyan.fr, dites-moi, et je verrai si finalement je partage ouvertement ou si je continue mes cachotteries.

Verdict

Réussir à reprendre activement mon site de chroniques et d’écriture, m’a finalement donné envie de reprendre également ce blog.
Je n’ai pas envie de mettre à la poubelle un blog avec douze ans d’histoire.
Mais justement parce qu’il avait une si longue histoire, avec des choses que j’aimerais oublier, avant de m’y remettre, j’avais besoin de faire table rase.

Pour commencer, j’ai effacé quelques posts. Rien de bien fou, je vous rassure. Comme je vous l’ai dit, au tout début, il n’était destiné qu’à deux trois personnes, et des articles où j’explique que j’ai mis 40 minutes pour manger mon bol de soupe de nouilles car je voulais écrire « Miyavi je t’aime » avec le petit alphabet n’a pas forcément grand intérêt… Donc tous les posts très vieux sans contenu, hop, dégagé.
Ensuite, il me fallait changer d’identité et changer de design. J’en avais marre du rose, marre de ce site au design complètement dépassé, marre d’Alice (même si j’adore toujours autant ce dessin animé !). Je voulais quelque chose qui ressemble plus à qui je suis aujourd’hui. Je ne sais toujours pas dessiner, alors j’ai fait comme j’ai pu pour gribouiller une nouvelle bannière à mon image, mais j’avais envie de mettre en avant mon côté vadrouilleuse maladroite, parce que les prochains blogs seront beaucoup plus dans cette veine. Et si j’ai dû annuler des voyages en Grèce ou au Mexique, quand le monde se sera relevé de la claque infligée par ce foutu virus, je compte bien voyager à nouveau.
J’en ai profité pour essayer de rendre la navigation plus claire, avec des listes de tous mes articles rangés par thème et par année (vous retrouverez tout dans les Sonyan VS Japon, Sonyan VS Corée, etc…).
J’ai également changé d’email pour me joindre, notamment car l’adresse que j’utilisais avant déconne à mort et beaucoup de mails reçus ne s’affichent pas.
J’ai viré l’espace newsletter car… Ce service était bien évidemment payant pour moi, et comme je n’ai pas renouvelé, j’ai tout perdu.
J’hésitais à faire une nouvelle newsletter qui regrouperait une fois par semaine ou par mois toutes les mises à jour sur mes deux sites… Mais est-ce qu’en 2020 les gens aiment encore les newsletter ? A vous de me le dire, sinon je continue via les réseaux sociaux.

Je me suis également demandé si j’avais encore des choses à vous dire, parce qu’annoncer son retour si on a rien à raconter, ça ne sert à rien. Alors j’ai réfléchi et je suis arrivée à une liste de 15 sujets ou anecdotes que j’avais envie d’aborder ce qui m’a paru satisfaisant. J’ai donc mon petit planning d’articles potentiels pour l’année en cours.

J’avais besoin de faire le point sur ma relation avec les lecteurs, ce qui est fait plus haut.
Ce qui ne m’empêchera pas les attentions ponctuelles que j’affectionne, comme les envois de cartes postales aux lecteurs qui le souhaitent pendant mes voyages, etc.

J’avais besoin de réfléchir à ma façon de rédiger et de faire rire. Je ne vais pas changer ma façon d’écrire, mais je ferai attention à ne rien écrire de vraiment offensant (ne pas choisir des insultes discriminantes par exemple) ou de mettre un disclaimer avant l’article pour préciser qu’il n’est pas sérieux. Par exemple, on m’a récemment reproché que mon manuel de la drague au Japon ne développait finalement pas le profil des mecs bien alors que c’est ce qui aurait été le plus intéressant, que ça dressait un portrait abominable des hommes Japonais et que ça n’aidait pas plus que ça à trouver quelqu’un… À l’époque il me semblait évident que ce n’était pas sérieux. Aujourd’hui, pour éviter tout malentendu, je pense que je préciserai qu’en aucun cas c’est un vrai manuel pour trouver un mec au Japon – vu mon passif, j’aurais pas la prétention de vous enseigner quoi que ce soit sur le sujet – et que ce post a juste un but humoristique, pour revenir avec autodérision sur nos fails d’étrangères au Japon, car manifestement ce n’est pas clair pour tout le monde.

Voilà, je pense que je vous ai tout dit.
En résumé, oui je vais reprendre ce blog !
Pour des notes plus légères, dans la veine de ce que j’écrivais il y a quelques années : des anecdotes foireuses, des sujets de sociétés improbables, des récits de voyage qui n’arrivent qu’à moi.
Je ne vous promets pas un blog par semaine comme à mon âge d’or, de toute façon entre temps vous avez tous vieilli aussi, vous bossez et/ou vous avez des gosses qui braillent et courent partout et n’avez pas le temps de lire des gros pavés régulièrement.
Mais peut-être au moins un par mois, à lire en douce au bureau le lundi matin pour bien commencer la semaine.

Je vais continuer le tri de mes photos de voyage, et de les publier sur mon instagram et mon second site.
Je vais continuer mes chroniques de livre et travailler sur mes fictions… Si ça intéresse des gens, levez la main.

Aussi, j’hésite depuis plusieurs mois à faire un podcast ou une chaîne youtube pour aborder – en légèreté toujours – la suite de mon combat avec mon corps. Je vois enfin le bout du tunnel de ce côté, mais j’ai pris des décisions drastiques pour ça et je pense que mon témoignage pourrait aider de nombreuses personnes qui ont décidé d’emprunter le même chemin. Or, je ne veux pas faire ça par écrit car ça nécessiterait beaucoup d’articles, alors j’hésite à me lancer dans un autre format… que je ne maîtrise pas encore.
Pareil, si ça vous intéresse, levez la main.

Et si vous avez des questions, réclamations, suggestions, je suis toute ouïe également.

Ce qui se passe dans le monde est une tragédie, mais à l’échelle de ma petite vie, ça m’aura au moins permis de faire le point sur beaucoup de choses et relancer ma créativité au point mort depuis bien trop longtemps, ce dont je suis reconnaissante.

Ça m’a aussi permis de réaliser – non sans dépit – que rien de ce que je faisais de ma vie n’aidait vraiment le monde.
Aussi, un grand merci à tous les indispensables qui se sont mis en danger ces deux derniers mois en continuant à aller bosser : soignants, caissiers, hommes et femmes de ménage, postiers, pompiers, agriculteurs, livreurs, routiers, employés d’administrations diverses, toute personne dans la chaîne d’approvisionnement de la nourriture et des produits de première nécessité.
Merci à tout ceux que j’oublie qui nous permis de continuer à vivre normalement dans tout ce merdier. Merci à tout ceux qui se portent volontaires, financièrement en faisant des dons ou en se rendant utile.
Vous êtes ceux qui redonnent foi en l’humanité.

Une pensée aux personnes qui ont perdu leur travail ou une partie de leur revenu, aux gérants d’un restaurant ou autre business mis à l’arrêt, pensée également aux personnes confinées seules ou dans des espaces réduits sans jardin, aux personnes malades qui ne bénéficient plus de leur suivi comme d’habitude, aux personnes fragiles psychologiquement qui se retrouvent confinées avec leur pire ennemi : elles-même, une pensée aux personnes dans une relation toxique qui se retrouvent confinée avec leur bourreau, une pensée à ceux qui ont perdu quelqu’un en cette période où on se retrouve séparé de ceux qu’on aime sans pouvoir les revoir, une pensée tout simplement à tout ceux impactés par ce qui arrive.

Un merci et une pensée à tout ceux que j’oublie.

Prenez soin de vous et de vos proches… Et on se dit à bientôt, pour de nouvelles anecdotes qui, j’espère, vous redonneront le sourire en ces temps étranges.

50 thoughts on “Table rase

  1. Oni-yome

    Oh, enfin une bonne nouvelle pour 2020 !
    Contente de savoir que ton opération s’est bien passée et que tu envisages de ressusciter ce blog 🙂
    Et évidemment, je vote pour un podcast et un lien vers ton projet d’écriture !
    Prends bien soin de toi surtout, c’est le principal pour l’instant.

    Reply
    1. Sonyan Post author

      Merci de toujours être au rendez-vous, quel que soit le temps de pause entre deux articles, quel que soit le sujet ou quel que soit le support 🙂
      Je reviens très vite, promis. Prends soin de toi également !

      Reply
  2. Malorie

    Je suis très contente à l’idée de retrouver des articles sur ton blog. Ton idée de chaîne youtube m’intéresse aussi.

    Je comprends complètement et supporte l’idée que tu doives mettre une certaine distance avec tes lecteurs. Je pense aussi que te protéger est la priorité.

    Moi j’adore ton écriture et je compte bien m’en régaler ^^

    Reply
    1. Rill in Japan

      Toujours ravie d’avoir de tes nouvelles.
      Je suis tellement soulagée de savoir que tu va mieux, et je te souhaite le meilleur (et seulement le meilleur! Le reste peut aller se faire cuire un œuf).

      La relation avec les lecteurs/followers est à double tranchant. Je me suis effondrée la fois où personne n’est venu à un meet up qu’on m’avait demandé à Tokyo. Mais j’ai pleuré de joie quand certains sont venu me voir jusqu’à Nagoya.

      C’est déjà assez difficile à gérer quand la vie va bien, alors quand ça deconne… Je boude mes réseaux depuis 6 mois à cause du burn-out. Tu as bien raison de ne pas vouloir gérer ça en plus du reste, et de vouloir garder tes distances. Je crois qu’on doit tous apprend tous à le faire un jour ou l’autre. Car l’empathie tue. (Tiens c’est marrent à dire à haute voix ça).

      Quand à l’humour, c’était un bon exutoire pour moi aussi, mais je comprend que certains sujets puissent être sensibles, et qu’il faille en effet baliser les sentiers à l’avance pour se protéger. Haters gonna hate.

      Bref, je suis hyper curieuse de lire tes fictions ! Si jamais tu as besoin de réflecteurs, je me porte volontaire !

      Prend bien soin de toi, de ta fabuleuse maman et de ton extraordinaire king balérion.

      Love du pays des fous.

      Reply
      1. Sonyan Post author

        J’ai jamais fait de meet up mais j’ose pas imaginer ma réaction si personne n’était venu, je pense que je l’aurais vraiment mal vécu. Bravo à toi pour avoir réussi à passer outre.
        Et c’est assez souvent que je boude mes réseaux, ils ont pris trop de place dans nos vies et sont bien trop toxiques. Décrocher de temps en temps ça fait du bien.

        Bon courage à toi, prends ton temps pour te remettre de ton burn out, et merci pour tes petits mots toujours plein de gentillesse 🙂

        Reply
    2. Sonyan Post author

      Pour l’histoire d’une chaîne Youtube, ça fait des mois que ça me prend la tête et que je ne me suis pas encore décidée x) Je ferai des tests et je verrai si je trouve ça concluant ou non, si je ne suis pas à l’aise ou si je n’arrive pas à donner un rendu dynamique et intéressant, je changerai peut-être d’avis.

      En tous cas merci d’être là !

      Reply
  3. Mr Black

    Ce blog est comme un bon vin : il se bonifie avec le temps.
    Il évolue en même temps que son autrice ? Auteure ?…que la personne qui l’écrit.
    Amitié (même si ce n’est que virtuel) & Good vibes (^o^) /

    Reply
    1. Sonyan Post author

      Autrice est le mot le plus ancien mais souvent boudé, et auteure la version moderne… Mais les deux sont utilisés ! x)
      Je crois que tu es un des lecteurs les plus anciens, et un des premiers hommes… De ceux qui ont tout bravé, des designs roses criants aux longs pavés écrits en fushia…
      Merci à toi, ta perséverance et surtout tes yeux sacrifiés sur l’autel de mes jeux de mots douteux sur fond criard.

      Reply
  4. Matou

    Oh putain comme je suis contente de te lire. Contente de savoir que tu vas revenir, et si contente pour toi que tu t’en sortes enfin.
    Je te suis depuis six ans, te lire a été un énorme soutien pour moi quand le Japon m’a moi même détruite, et si ça fait 3 ans que j’en suis revenue, le combat pour moi n’est pas encore gagné. Alors merci pour l’espoir !
    Merci aussi pour les fou rires, sache que j’ai intégralement lu ton blog à mon mec, qui a été aussi passionné et ému que moi par tes (més)aventures.
    J’avais jamais commenté avant, pardon ça sort un peu en vrac. Je voulais pourtant. Je voulais t’envoyer du soutien, mais je pensais pas que ce que j’avais à dire aurait pu t’intéresser ou t’apporter un quelconque réconfort. Je crois que je me suis trompée.
    Bref. Je n’arrive pas vraiment à trouver les mots justes dans ce commentaire… Sache simplement qu’ici on t’apprécie énormément, que tu nous as beaucoup apporté, et qu’on a hâte de te retrouver. Prends bien soin de toi ma douce, et au plaisir de te lire. Je vote pour la chaîne YouTube aussi !
    Bises

    Reply
    1. Sonyan Post author

      Merci pour ce commentaire et pour être fidèle, même après toutes ces années !
      Surtout que ma pauvre, tu as commencé à me suivre quand j’ai arrêté de bloguer régulièrement x)
      Ça me fait plaisir quand je lis que le blog a aidé d’une quelconque façon, qu’il a créé de bonnes tranches de rigolades et qu’il a même été partagé à la maison.
      Merci beaucoup pour ce petit message qui m’a donné un grand sourire à la lecture 🙂

      Reply
  5. Lucyle Maurice

    Lectrice silencieuse depuis un temps certain (je ne me ferais pas l’offense de compter), je suis ravie de voir que tu reprends le blog. Et oui, j’ai lu ce pavé en douce ce matin avant de commencer à travailler, même si en télétravail on est un peu moins fliqué. Merci de partager tes aventures avec nous. Sinon, ce commentaire c’est surtout pour dire : oui, oui et oui : je suis très intéressée par ton deuxième site ! J’espère que tu nous le partageras ! Voilà très heureuse de te relire et au plaisir de le faire régulièrement à l’avenir. Encore merci et prends soin de toi.
    Ps: J’adore la nouvelle bannière !

    Reply
    1. Sonyan Post author

      Je constate que mes lecteurs n’ont pas perdu la bonne habitude de me lire au lieu de travailler, ha ha !
      Merci à toi pour ta fidélité et pour les petits mots d’encouragement.
      Et pour avoir dit un mot sur la bannièèèère !! Car je suis loin d’être douée en illustration/graphisme et ça m’a pris deux jours entiers xD

      Reply
  6. Nemuyoake

    Contente que tu ailles mieux ! ^^

    J’ignorais que tu avais tous ces pbs avec ton lectorat… Les gens en plein desespoir sont souvent des sangsues emotionelles (mais c pas de leur faute, svt ils se rendent pas compte) et comme tu le dis, c pas ton job paske t’es pas psychiatre.

    C’est difficile d’apprendre a etre egoiste et a tracer une ligne de demarcation pour pas se faire bouffer au nv emotionnel… (Perso, etant egoiste jusqua la moelle, j’ai aucune difficulte a refuser les demandes meme desesperees, c mal je sais XD)

    Bonne continuation ! ^^

    Reply
    1. Sonyan Post author

      Faire des confidences appelle à la confidence, j’imagine. Donc si j’ai eu souvent un flot de confidences et d’attentes qui dépassaient un peu mes épaules.
      Je pense qu’on est plus heureux en étant capable de dire non, moi qui bataille pour y arriver, ma vie est souvent compliquée xD

      Merci beaucoup et bonne continuation à toi 🙂

      Reply
  7. Joëlle Baverel

    Je suis ravie que tu reprennes ton blog Sonia. J’adore te lire, depuis le début. Alors oui continue à nous raconter tes aventures. Et j’aimerais bien suivre tes chroniques !
    Prends bien soin de toi. Je t’embrasse

    Reply
    1. Sonyan Post author

      Merci Joelle ! Je vais reprendre mes récits rocambolesques, promis ! Même si on est déconfinés on est encore tous beaucoup à la maison, alors ça nous occupera !
      J’espère que tout va bien de votre côté. Prenez soin de vous, je vous embrasse aussi !

      Reply
  8. Mila

    *lève toutes les mains y compris celle des autres*

    Je suis contente de te lire à nouveau par ici aussi ♥
    Contente de voir que tu te reposes de nouvelles bases, et j’espère qu’elles te permettront de bloguer de façon plus saine pour toi, et qui te rende heureuse ♥ (tu as bien raison de protéger ta santé mentale, tu ne nous dois rien !)
    Je n’ai pas grand-chose de plus à dire, je suis juste contente de retrouver tes pavés sur ce blog ♥

    Et je ne suis pas d’accord: clairement ton boulot sauve l’humanité o.o ! #androidswillsaveus

    Pour résumer: ♥

    Reply
    1. Sonyan Post author

      Tu triches, toi tu as toujours accès à tout, même avant que ce soit en ligne, ha ha !❤︎
      Un gros merci à toi d’ailleurs, qui aide toujours à relancer ma créativité, me donne ton avis toujours constructif, et qui me tire toujours vers le haut.

      Oui, je suis dure avec notre travail. Il est clairement de première nécessité xDD

      Reply
  9. Sara

    merci pour ton joli article, merci pour ta franchise, pour ta fraîcheur, ton humanité.
    Prends soin de toi, continue… et tout ira bien 🙂
    et hâte de te relire, c’est tellement truculent!!!

    Reply
    1. Sonyan Post author

      Merci à toi Sara ! Je ferai de mon mieux pour me faire plaisir en écrivant, tout en vous faisant plaisir (et rire !) à la lecture.
      A très vite !

      Reply
  10. Marie

    Bonjour Sonyan,
    C’est un plaisir de te lire à nouveau et d’apprendre que tu souhaites continuer à faire vivre ton blog. J’en profite pour lever la main pour te dire que ça m’intéresserait beaucoup de pouvoir lire tes critiques de livres et films ainsi que tes fictions. Je te souhaite un bon rétablissement et une meilleure santé.
    Bises
    Marie

    Reply
    1. Sonyan Post author

      Bonjour Marie,
      Merci à toi pour être au rendez-vous et pour tes voeux 🙂
      Je note la main levée…!
      Fleurs et paillettes sur toi !

      Reply
  11. Sophie L

    Si heureuse de te lire a nouveau
    Toujours un plaisir de lire ton blog et je suis contente que tu n’abandonnes pas
    ❤❤❤
    J’espere que cette petite remise en question et d’avoir posé les choses avec tes lecteurs te permettront de prendre du plaisir à parler de ta vie ici

    Reply
    1. Sonyan Post author

      Toujours là pour te divertir dans les salles d’attentes pour aller chez le médecin… xD
      Merci beaucoup, petit elfe à queue de poisson❤︎

      Reply
  12. SALT

    Hello ! Ravie que tu reprennes ce blog (même si j’adore te suivre sur l’autre aussi), j’aimais beaucoup y lire tes tranches de vie ou tes analyses de sujets de société inattendus. Ton projet de podcast ou une chaîne youtube pour aborder ton combat avec ton corps m’intéresse beaucoup – personnellement je voterais davantage pour le podcast pour le coup : déjà, égoïstement, parce que j’en écoute plus, mais aussi c’est un format qui a le vent en poupe, et puis en fait vu ce que tu as dit sur ta relation à tes lecteurs j’aurais tendance à penser que c’est plus « safe », même si en vrai on sait à quoi tu ressembles, de limiter le contact à l’audio. Parce que voir la personne bouger, parler, c’est dans doute encore plus traitre pour les personnes qui ont déjà tendance à penser que te suivre=te connaître comme si vous étiez amis. Et sinon, j’espère que maintenant que tu peux à nouveau porter ton appareil photo mais qu’on n’est pas encore déconfinés, on va pouvoir être inondés de photos de ton chat. 😉

    Reply
    1. Sonyan Post author

      J’avoue que j’ai tellement pris l’habitude de te parler sur l’autre compte pour les publication sur le second site, que j’en avais oublié que tu suivais aussi ce blog à la base xD
      Le format du podcast me conviendrait mieux personnellement, mais pour ce don je voudrais parler, je pense que ça ne collera pas (j’ai besoin de visuel, j’ai des schéma, des photos et des vidéos à poster pour accompagner).
      Alors je ferai des tests vidéos, et si vraiment je ne me sens pas pour l’aventure youtube, je ferai peut être un dossier écrit, je ne sais pas.
      Mais je garde l’idée du podcast pour d’autres projets futurs, c’est un format que j’aime bien !

      Par contre, me demander d’inonder de photos du chat est toujours dangereux : je ne demande que ça !

      Reply
  13. ClaraBaffe

    Ravie de te retrouver !
    Il faut voir le bon côté du confinement, cela t’oblige a rester chez toi et t’éviter justement de repartir en trombe et te faire mal a nouveau. C’est chiant, mais au moins ton corps se repose encore un peu !

    Je suis contente que tu continue ce blog, c’est toujours un plaisir de te lire (enfin je sais pas si ce terme est adéquat avec tes mésaventures :s) et je serais ravie pour la part de lire tes fictions !

    Je suis navrée que tu ai du subir les témoignages de tout ces gens. Je suis d’accord avec le fait que tu n’aurais pas dû prendre tout ses témoignages pour toi. Tu n’es pas médecin ni psy, et tu l’as dis tu même tu es très empathique… J’espère que tu te remets bien ! Je comprends que les gens veuillent partager leurs problème mais tu n’es pas là pour ça… Alors ne t’en veux pas d’avoir dis non, ce n’est pas ton rôle de veiller sur eux tous !

    Prends bien soin de toi et du Roi, au plaisir de lire de bonnes nouvelles de ta part !

    Reply
    1. Sonyan Post author

      C’est vrai que repartir en trombe et me casser le nez serait assez mon style. Même là j’arrive un peu à surestimer ce que je suis capable de faire et je me fatigue.
      Etre bloquée à la maison me permet de talonner de façon plus sûre !

      C’est compliqué de se rendre compte où mettre les limites. J’ai mis très longtemps avant de réaliser que ça m’affectait et me dépassait, pendant des années il me semblait normal de se soutenir et de s’entraider.
      Sauf que ce n’est pas me rendre service (trop de responsabilité) et ce n’est pas rendre service à la personne (conseils sûrement inadéquats).

      Prends soin de toi également et merci d’être toujours aussi fidèle !

      Reply
  14. Feten

    Je lève la main pour les fictions, podcast et autre joyeusetés!!! Je suis contente d’enfin avoir de tes nouvelles (ouai, pas trop twitter toussa). Et c’est tellement bien que tu aille mieux suite à l’opération et que ta vie quotidienne soit plus agréable! Trop hâte de te lire encore, partout.

    Reply
    1. Sonyan Post author

      Oui je comprends qu’on ne soit pas trop autres réseaux sociaux, ça laisse forcément une partie des gens sur le côté. Mais sans promettre une grande productivité, je devrais quand même bloguer plus régulièrement 🙂
      Je note les mains levées ! Et je te dis à très vite 🙂

      Reply
  15. cilouille3

    Merci pour cette super annonce de retour !
    Je n’ai jamais trouvé ton humour offensant, il est à remettre dans un contexte et d’après ce qu’on apprend à connaître de toi au fil de ton blog. Il me semble que c’est toujours dit avec une certaine affection/bienveillance.
    Si la vidéo (YouTube) n’est pas ton truc, tu as un vrai talent pour l’écriture, alors n’hésite pas rester sur ce format (et à dire merde à notre génération d’images !). J’aimerais aussi te lire sur ton blog jumeau ! Et je n’arrive plus à lire les newsletter mais des annonces de publications sur les réseaux sociaux « marchent » mieux pour moi.
    J’ai lu tes 3 derniers articles à la suite, alors j’ai parcouru plusieurs années de ta vie d’un coup (cf. « tranches de vie » en mp fb). J’aurai aimé faire partie de ces personnes qui te soutenaient, mais je me contenterai de me réjouir de ton présent !!! Bonne suite, et je suis ravie de pouvoir te lire à nouveau !
    Cécile H

    Reply
    1. Sonyan Post author

      Merci beaucoup pour ton message !
      Pour Youtube ce ne serait pas l’ouverture d’une chaîne continue, juste pour traiter un sujet qui me semble long à traiter par écrit (en tout cas ça ne tiendrait pas en un article, il en faudrait au moins 5 et je ne voulais pas « polluer » le blog sur ce sujet).
      Je vais faire des tests et voir comment traiter ça au mieux et efficacement.

      La lecture des trois articles à la suite, ça t’a pris la journée non ? (en effet, ça a pas dû être la journée la plus productive, pardon à l’employeur xD)

      Et se réjouir de mon présent, c’est déjà bien assez précieux 🙂
      Merci.

      Reply
  16. Tam

    Tres contente de te voir reprendre ton blog ! Je suis tes aventures depuis longtemps (hum… #coupdevieux) et aussi sur d’autres réseaux, je suis heureuse de lire que tu vas mieux ! Prends bien soin de ta santé surtout, physique et mentale. Je t’envoie des câlins virtuels et du soutien dans tous tes projets ! Tu peux me compter dans tes lecteurs fidèles quel que soit le sujet et le support !

    Reply
    1. Sonyan Post author

      Merci beaucoup pour ton commentaire ! C’est vrai que je vois ton nom et ce petit dessin de profil depuis de nombreuses années maintenant… Bien 7, 8 ou plus…?
      Ca ne nous rajeunit pas !
      Merci pour ton soutien, les câlins virtuels et ta bienveillance.
      A très vite, ici ou sur les réseaux !

      Reply
  17. Mimi

    Les gens qui t’aiment pour ce que tu es te suivront toujours, Sonya.
    Que tu parles de toi ou pas, de tes voyages ou pas, que tes propos soient positifs ou négatifs.

    Est-ce vraiment la peine de t’ auto censurer pour quelques personnes qui chipotent? Sincèrement…il y en aura toujours. Est-ce qu’on doit se priver de rire ou vivre pour eux? Sur le moment ce que tu dis te fait du bien, et contrairement à d’autres tu as réussi à sublimer la colère ou la déception en humour. Les haters et autres donneurs de leçons qui ont du temps à passer à lire 20 pages pour te critiquer il y en aura quoi que tu dises. Est-ce que les gens se soucient en général du mal qu’ils peuvent faire avant d’ouvrir la bouche? Non.
    D’ailleurs, celui qui n’a jamais blessé par maladresse (ou bien sans en avoir l’intention) n’est pas encore né.
    Beaucoup de choses ne font pas plaisir à lire ou à entendre. La meilleure chose à faire quand quelque chose nous déplaît est de s’en désintéresser, de s’en éloigner. Pourquoi? Parce que ce qui nous déplaît peut plaire à d’autres. Il faut aussi accepter que d’autres puissent rire ou se distraire de choses qui nous dépassent, mais accepter aussi qu’on puisse rire à nos dépends.
    On ne peut pas plaire à tout le monde, comme tout le monde ne peut pas nous plaire.
    Si l’on devait censurer tout ce qui déplaît, peu seraient autorisés à s’exprimer.
    Les blagues machistes? Les clichés dégueulasses et infondées sur les français? L’humour discriminatoire en général? Est-ce que l’on part en guerre contre tout cela? Non, et c’est bien mieux comme cela. Il faut respecter la liberté d’expression. Les gens ont peu de second degré et sont trop susceptibles.

    Reste toi-même, c’est à dire la belle personne que tu es!

    Quant à ton blog parallèle, je dis mille fois “oui!” ! Même si tes textes sont un peu olé olé, on ne te jugera pas, promis! ;P

    En espérant que ta santé s’améliore et n’aille que pour le mieux.
    Prends bien soin de toi! <3

    Reply
    1. Sonyan Post author

      Ca me fait très plaisir d’avoir un message de toi, et merci d’avoir pris le temps de me donner ton avis sur la question.
      Je suis assez d’accord aussi sur le fait qu’il ne faut pas se censurer pour des gens qui chipotent, ça enlèverait l’essence même de ma façon d’écrire.
      Je suis la première à défendre la liberté d’expression d’ailleurs.
      Mais bon, les remises en question ne font pas de mal, j’aime bien parfois prendre du recul sur ce que je fais et m’assurer que je ne provoque pas des réactions inverses à mon intention de base.
      Je vais donc juste essayer de trouver un juste milieu entre mon envie d’écrire librement et celle de ne pas faire de mal 🙂

      En tous cas merci, je suis toujours heureuse de recevoir un mot de toi.

      Prends soin de toi également !

      Reply
  18. Manatee

    Fidèle au poste depuis 7 ans et toujours le même plaisir quand je reçois une notification.

    Concernant la distance avec tes lecteurs, tu peux peut-être couper la poire en deux en gardant les commentaires ouverts tout en supprimant ton mail de contact ?

    Reply
    1. Sonyan Post author

      Merci pour toutes ces années de fidélité, surtout que sur ces 7 ans, y’a eu facile 3 ans de désert, ha ha
      De nos jours, les gens passent de plus en plus par les réseaux, je reçois beaucoup les messages via facebook twitter ou instagram et depuis un an et demi, les emails sont moins utilisés donc ça changerait pas grand chose.
      Après si la mise au point est faite clairement ici, je pense que j’aurai moins de culpabilité à ignorer ce genre de messages qui m’en demandent un peu trop.
      Je ne veux pas couper tout échange non plus, car bien souvent ça reste bienveillant et je n’ai aucun souci à répondre à une question ponctuelle sur un sujet.
      On verra bien comment ça se passe à l’avenir, si j’aborde moins de sujets difficiles, peut-être que ce genre de messages viendront moins aussi…?
      Merci en tous cas pour ta suggestion 🙂

      Reply
  19. AyaClaire

    Ohh bon retour !!!
    Je suis vraiment contente de te relire, et d’apprendre que ta santé s’améliore 🙂
    Pour répondre à tes questions, de mon côté je suis plutôt chaîne YouTube, et serai ravie de te suivre si tu te lances.
    Bravo pour la bannière !

    Reply
    1. Sonyan Post author

      Bonjour 🙂
      Merci pour ton retour ! Je vais voir pour cette chaîne Youtube (surtout que j’y connais rien en montage !) Je pense faire les tests peut-être le mois prochain donc de toute façon ça ne serait sûrement pas en ligne avant l’été. Mais heureuse de voir que des gens seraient intéressés !
      Et merciiiiiii pour la bannière !!!

      Reply
  20. YAT-TUS

    Bon retour parmi nous, ca faire plaisir de te lire a nouveau!
    Je suis pour le podcast et si jamais tu envisages plutot Youtube, je me porte volontaire pour aider, ayant moi meme une petite chaine depuis 6 ans, si jamais ca peut rendre service 🙂
    Bon courage pour cette reprise en tout cas et a bientot (sur ce blog du coup vu qu’on ne se connait pas et que je poste pas de com depuis 10 ans, je suis du genre lectrice de l’ombre qui lit religieusement et ne commente jamais *tousse tousse*)

    Reply
    1. Sonyan Post author

      Merci beaucoup pour ta proposition d’aide pour une éventuelle chaîne Youtube ! Même si c’est devenu un format courant, j’ai toujours beaucoup d’admiration pour ceux qui se lancent !
      Ce n’est pas trop chronophage ? J’ai l’impression que même une vidéo d’une dizaine de minute demande une éternité de travail ! x)

      En tous cas merci beaucoup pour ta présence depuis toutes ces années, et ta gentillesse❤︎

      Reply
  21. Alexandra

    Je te suis depuis un paquet d’années, peut-être 8 ou 10, j’ai perdu le compte, mais jamais osé déranger avec un commentaire…
    Je change cette vieille habitude, juste pour te dire: ça fait plaisir de te relire, pavé ou non, léger ou sérieux, j’aime te lire.
    Je te souhaite tout le meilleur!

    Reply
    1. Sonyan Post author

      Ca me touche toujours beaucoup quand des lecteurs de l’ombre décident un jour de sortir des rangs invisibles juste pour… être gentil. C’est tellement précieux !!
      En tous cas merci, et j’espère à très vite.
      Je te souhaite le meilleur également 🙂

      Reply
    1. Sonyan Post author

      Mais t’es la famille !!!!! Et tu ris quand je fais du ukulele, comment te faire confiance ??? haha
      Je suis presque étonnée que tu aies pas déjà trouvé le lien, tes talents de fouilleuses t’ont fait défaut ?! :p

      Reply
  22. Hitomi

    Désolée pour le commentaire tardif mais y a qu’aujourd’hui que j’ai pu « lire en douce au bureau [..] pour bien commencer la semaine » :p
    Je ne commente pas souvent mais je te lis toujours ! J’adore ta façon d’écrire et je passe toujours un bon moment quand je te lis (j’adore ton humour !) donc moi aussi je lève la main très haut pour te dire que je suis là si jamais tu décides de partager ton blog parallèle ou si tu ouvres une chaîne Youtube 🙂

    Reply
  23. Lucie

    Salut Sonyan 🙂
    Je suis heureuse de te lire à nouveau. Je fais partie à la base des lecteurs silencieux qui ont lu tes articles mais sans jamais laisser un petit mot. Mais j’ai toujours adoré lire tes articles. Certains m’ont beaucoup ému ou fais rire. Celui sur les TCA m’a permit d’ouvrir les yeux sur d’éventuelles bêtises que je produisais sans que je ne veuille m’en rendre compte. Rien que pour ça je suis t’en suis redevable. Mais je ne sais pas pourquoi, je n’avais jamais osé mettre un seul commentaire sous tes articles. Là je le fais car je suis vraiment contente de voir que tu as repris.
    Et si tu partage les fictions que tu écris sur ton autre site, cela sera tout autant avec joie que je les lirai.
    J’espère que du côté santé, tu iras mieux. Je te souhaite surtout de pouvoir faire les projets qui te tienne à cœur dès que possible.

    Reply
  24. Kx

    Lectrice silencieuse depuis une bonne dizaine d’années, je suis toujours tellement contente de voir un nouvel article sur ce blog , un des seuls que je n’ai jamais arrêté de suivre ! Même sans te connaître, ça fait toujours plaisir de lire tes aventures, bonnes ou mauvaises, elles m’ont bien accompagnée pendant mes propres pérégrinations japonaises au fil de toutes ces années 🙂
    Je soutiens le partage du blog jumeau et la chaîne Youtube/podcast que j’irai écouter pour sûr ! En attendant, je te souhaite le meilleur et que la santé continue de s’améliorer!

    Reply

Répondre à cilouille3 Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *